Dissertation mémoire de l'historien

Pages: 10 (2405 mots) Publié le: 8 décembre 2013
Corrigé complet
Introduction1
La révolution française de 1789 met fin à la monarchie et inaugure le régime de la République.
La connaissance historique semble ainsi résider dans le recensement des faits politiques et sociaux passés et dans
leur mise en ordre chronologique. Comme telle, elle ne suppose rien d’autre que le recours à une mémoire
collective, recueillie par l’historien dansdes documents et témoignages du passé.
Pourtant, si la mémoire consiste bien à situer un événement dans le temps, à le reconnaître comme passé et à le
conserver, elle n’est pas nécessairement fidèle à l’événement lui-même, ne le restitue jamais tel qu’il s’est
produit – tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’une mémoire “ héritée ”. Or l’historien vise à recomposer
l’histoire avec le plusd’objectivité possible.
En outre, les faits historiques ne se succèdent pas au hasard mais selon un lien causal qu’il appartient à
l’historien de retrouver à travers une mémoire collective mais aussi par sa propre raison.
D’où le problème : l’histoire peut-elle être ramenée à une suite de faits dont il suffirait de conserver la mémoire
ou bien l’historien doit-il développer un point de vuerationnel sur l’histoire ?
1. Les titres en gras servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

1. Oui, la mémoire suffit à l’historien
A. Le passé historique est donné dans des documents et témoignages qui constituent la mémoire collective
L’histoire est celle des faits sociaux passés, c’est-à-dire des faits intéressants une collectivité, mettant en jeu le
destin d’ungroupe. Le rôle de l’historien consiste alors à dater et situer ces faits, donc à les saisir dans leur
individualité pour les ordonner ensuite chronologiquement : voilà pourquoi l’histoire constitue une connaissance
d’un genre particulier – connaissance non scientifique reposant sur la mémoire de faits rigoureusement
singuliers, tels que, par exemple, la prise de la Bastille, le 14 juillet1789.
La méthode consiste alors à passer d’un donné présent – celui que représente le document historique ou les
vestiges du passé – pour reconstruire le fait passé, en “ retrouver ” ou conserver la mémoire. Les sciences
expérimentales, au contraire, ne considèrent un phénomène, physique ou biologique par exemple, que dans ce
qu’il a de commun avec d’autres, indépendamment de la date et du lieu.La mémoire n’y joue aucun rôle.
Le passé historique est donc donné dans des documents et témoignages qui constituent la mémoire collective.
B. L’histoire se résume à une suite de faits remémorés
De ce fait, l’histoire elle-même, comme ensemble d’événements passés est considérée comme le seul fruit du
hasard et de la liberté humaine : comme telle, on a coutume de l’opposer, au XVIIe siècle, àla nature, laquelle
obéit au contraire à des lois rationnelles – c’est-à-dire universelles et nécessaires. L’histoire est le lieu de la
contingence, de l’accidentel, ce pour quoi la connaissance historique se résume à une suite de faits qu’il s’agit de
se remémorer objectivement : ainsi se développe, à partir du XVIe siècle, avec Jean Bodin, puis Don Mabillon au
e
XVII , une histoire éruditeconsistant à recenser les événements historiques à partir d’une recherche et analyse des
documents. Les faits sont alors considérés comme des données brutes dont l’historien doit produire la mémoire
fidèle.
Conclusion et transition
Si la mémoire suffit à l’historien, c’est que la réalité historique en elle-même est irrationnelle et n’exige pas
d’être organisée mais simplement restituée.Toutefois, il existe dans l’histoire des récurrences et des liens de causalité entre les événements qui laissent à
penser que celle-ci n’est pas le seul résultat du hasard.
Par ailleurs, la mémoire ne nous livre jamais qu’une représentation du passé, non le passé lui-même –
représentation qu’il appartient à l’historien de juger et d’analyser à la lumière de sa raison.

2. Non, la mémoire ne...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'historien et les mémoires
  • L'historien et les mémoires
  • L'historien et les mémoires
  • mémoire suffit-elle à l'historien?
  • L'historien et les mémoires de la guerre
  • L'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie
  • l'historien et les mémoire de la guerre d'Algérie
  • Exposé sur l'historien et les mémoires

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !