Dupuy le sacrifice et l'envie

Pages: 60 (14914 mots) Publié le: 5 mars 2011
Critique de la notion de « justice sociale » wiki
Dans le même souci d'insister sur la complexité de l'ordre social et de la spontanéité de ses acteurs, Hayek a notamment entendu démontrer que la notion de « justice sociale » ne peut pas logiquement se traduire par des critères objectifs d'action « ici et maintenant », parce qu'on ne pourra jamais suffisamment prévoir les effets de nos actespour dire si oui ou non ceux-ci conduiront à l'état de la société à atteindre dans l'avenir qui lui sert de référence et de norme — en supposant que les divers socialistes, qui opposent cette conception de la « justice » aux règles de la morale sociale commune, aient seulement réussi à se mettre d'accord dessus. La notion se réduit alors à un slogan que l'on invoque à l'occasion de divers actes deredistribution politique[22].

Critique de la justice sociale selon Hayek

Philippe Légé [pic]
Mars 2008
Pour Hayek, l’idée de justice sociale est un mirage qui sape les règles de l’ordre social spontané, garant de la liberté !
Le « néo-libéralisme » est une catégorie vague, commode surtout pour regrouper des auteurs d’horizons théoriques et idéologiques très divers. Friedrich Hayek, dont lesouvrages ont été loués par Margaret Thatcher et Ronald Reagan, préfère se présenter comme un « vrai libéral ». Il revendique l’héritage de David Hume et Adam Smith, fondateurs au xviiie siècle d’un libéralisme reposant sur le respect de « l’ordre spontané » du marché. Cette généalogie très contestable lui sert pour dénoncer les erreurs intellectuelles ayant permis la constitution d’un« faux libéralisme » au xixe siècle. Le principal responsable de cette perversion du libéralisme serait John Stuart Mill. Et le projet de Hayek – qui estime écrire en pleine période de déclin de la « civilisation » – serait de restaurer la pureté de la doctrine libérale originelle.
Pourquoi Hayek considère-t-il Mill comme un ennemi de l’intérieur ? Cette figure emblématique du libéralisme politique, auteur deOn Liberty (1859) et député du parti Libéral, est reconnue pour avoir pris très au sérieux les critiques formulées par les socialistes de son époque. Mill serait doublement coupable d’avoir soutenu des revendications de « justice sociale » et de ne pas avoir défendu les bonnes libertés dans On Liberty. Deux reproches révélateurs de la spécificité du libéralisme de Hayek : il repose sur uneconception très restrictive de la justice et de la liberté.

Un libéralisme sans justice sociale

Qu’est-ce que la justice sociale ? Pour Hayek, l’adjectif « social » est le mot qui prête le plus à confusion dans notre vocabulaire politique. En un premier sens, est social tout phénomène produit par l’interaction de plusieurs hommes. Mais l’on qualifie aussi une action ou une institution de« sociale » pour indiquer que l’on approuve ses effets sur un secteur particulier de la société (les pauvres, les enfants etc.). L’adjectif a ainsi acquis une connotation normative. Ce second sens s’est graduellement transformé selon Hayek en une exhortation « au service d’une morale rationaliste, considérée comme devant supplanter la morale traditionnelle » [1].
L’expression « justice sociale » possède doncdeux acceptions, selon que l’on retient l’un ou l’autre des sens de l’adjectif « social ». Elle peut désigner soit la justice en société soit la justice distributive, auxquelles correspondent deux types de droits différents. D’une part, les droits généraux ou droits de base que peut exiger tout membre de la société. D’autre part, les droits particuliers qui naissent des relations spécifiques, parexemple entre parent et enfant, mari et femme, patron et salarié, etc. On utilise généralement les termes « justice » ou « simple justice » pour désigner les droits de base. L’expression « justice sociale » désigne des droits particuliers auxquels correspondent des devoirs spécifiques envers les travailleurs ou les catégories sociales défavorisées.
Hayek critique le glissement de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le sacrifice et l'envie, jean pierre dupuy
  • L'envie
  • L'envie
  • Sacrifice
  • Les sacrifices
  • Le sacrifice
  • le Sacrifice du Compagnon
  • L'envie du desir

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !