Entre amour et rejet, quelle place l'islam a-t-il accordé aux mathématiques

Pages: 18 (4272 mots) Publié le: 21 novembre 2012
Entre amour et rejet, quelle place l’islam a-t-il accordé aux mathématiques?
Lorsque l’on pense à la place que l’islam a accordé aux mathématiques, on pense à deux choses. L’invention du Zéro (qui au passage n’est pas le fruit des arabes mais des indiens, les arabes n’ont fait que transmettre cette découverte) et des chiffres arabes d’une part, qui témoigne d’ une gloire passée ; et le videactuel laissé par les mathématiques dans les pays de l’Islam de nos jours .Quel place l’islam a-t-il accordé aux mathématiques ? Pour répondre à cette question nous verrons dans un premier temps l’influence que l’islam a eu dans le développement des mathématiques depuis le VIIIe siècle (I]). Puis l’on regardera dans un second temps si les mathématiques sont présen tes à même le Coran, ou plutôt sil’on peut procéder à une lecture mathématique du Coran (II]). Ces deux analyses nous amèneront à observer la résurgence d’une certaine mathématique dans l’Islam moderne. Nous nous interrogerons alors sur la pertinence d’une telle mathématique. ( III]) (I]) Le développement de l’algèbre dans le monde arabo-musulman s’est effectué au cours de deux phases. Dans un premier temps, entre le VIIe et VIIIesiècle, les mathématiciens musulmans ont essentiellement traduit des écrits mathématiques grecs et indiens. Parmi ces grands mathématiciens/traducteurs on retrouve Hunayn Ibn Ish qui a traduit des manuscrits grecs ou encore Sévère Sebokht qui a étudié des ouvrages indiens puis en a tiré une explication du système décimal positionnel. Les mathématiciens de la première phase vont donc partir deproblèmes déjà traités par les Grecs ou par les Indiens. Que vont-ils faire exactement ? Ils ne vont pas seulement les traduire, ils vont les assimiler, les commenter, les critiquer aussi et parfois ils vont même les corriger ou proposer de nouveau développements techniques ou théoriques. Ainsi, les mathématiciens des pays d’Islam vont effectuer un premier travail de synthèse des écrits anciens qui vaouvrir la voie à des extensions à la fois théoriques et techniques ainsi qu’à des innovations dans des domaines comme la science du calcul, celui de l’algèbre et celui de la trigonométrie. Ensuite, à partir du IXe siècle, de nouveaux travaux voient le jour. Un homme notamment, Muhammad ibn Musa al-Khwarizmi, va écrire un ouvrage le « Kitâb al-jabr wa al-muqâbala » (littéralement « Le livre du rajoutet de l'équilibre »), qui est considéré comme l’ouvrage fondateur de l’algèbre dite géométrique. Dans cet ouvrage al-Khwarizmi expose le système décimal. Il met surtout à jour les objets, les algorithmes et le champ d’application dans lequel va s’appliquer l’algèbre. Concrètement cela se traduit par l’apparition des notions de polynômes, de monômes, d’équations ainsi que de nombres intervenant dansces équations. Mais peut-on considérer que l’islam est responsable de tels progrès mathématiques? Ce que l’on peut dire en tous cas c’est que l’islam en diffusant le Coran d’une part et le Hadith d’autre part, a contribué à la promotion de la langue arabe qui a conduit à une vague de traductions des ouvrages grecs et indiens par les élites des pays de l’Islam. Ce phénomène s’est amplifié avecl’exégèse du Coran et un travail sur la science du Hadith. Toutes ces réflexions ont par la suite favorisé le foisonnement d’idées mathématiques dans une langue nouvelle et dans un rapport différent. On pourrait donc considérer l’islam comme un mouvement fondateur qui aurait favorisé le développement des mathématiques dans ce qui est aujourd’hui l’aire arabo-musulmane.

Cependant il faut reconnaîtreque, malgré les nombreuses recherches effectuées sur ce sujet depuis des dizaines d’années, on ne peut considérer que l’islam soit LE responsable des progrès mathématiques à cette époque. Les documents souvent incomplets qui nous proviennent de cette époque nous empêchent de restituer fidèlement le contexte de l’avènement des mathématiques (et de manière plus générale des sciences) dans...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Quelle place accordé à l'expérience ?
  • L'homosexualité entre acceptation et rejet
  • Place de l'islam en france
  • Place de l'islam en france
  • Compte rendu: les mathématiques dans les pays de l'islam
  • Accords entre maroc et turquie
  • La fratrie : entre amour et rivalité.
  • La laîcité face à l'islam

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !