Est-il vrai qu’il n’y a pas de bonheur intelligent ?

Pages: 20 (4840 mots) Publié le: 14 mars 2012
Est-il vrai qu’il n’y a pas de bonheur intelligent ?

1

Est-il vrai qu’il n’y a pas de bonheur intelligent ?

Une opinion répandue veut que le génie soit « tourmenté », que l’intelligence se perde dans des questionnements sans fin sur le sens de la vie, l’existence de Dieu… Inversement, on parlera d’un « imbécile heureux » et la Bible dit : « Qui augmente le savoir augmente la souffrance»1Autrement dit, l’intelligence serait incompatible avec le bonheur, idée que reprend le biologiste Jean Rostand en affirmant qu’ « il n’y a pas de bonheur intelligent ». Mais qu’en est-il réellement ? Le bonheur est couramment défini comme un état durable de satisfaction de l’ensemble des aspirations humaines. L’intelligence, quant à elle, peut avoir deux significations. D’une part, on peutl’opposer à l’instinct. « L’homme, disait Aristote, est un animal raisonnable ». En ce sens donc, tous les hommes sont doués d’intelligence dans la mesure où ils pensent leurs actions avant de les accomplir ; le comportement animal, au contraire, obéit à des instincts, c’est-à-dire à des schémas définis qui ne font pas intervenir la volonté consciente. D’autre part, l’intelligence peut être opposée à labêtise . De ce point de vue, certains hommes sont plus intelligents que d’autres ; ils possèdent à un degré éminent cette faculté spécifiquement humaine. Quant à la bêtise, comme l’indique l’origine même du terme, elle constituerait une sorte d’analogue humain – dont le sens serait à préciser - de l’animalité et de l’instinct. Dans le premier sens de la notion d’intelligence, affirmer qu’il n’y a pasde bonheur intelligent reviendrait donc à dire que tout bonheur est instinctif et animal, que l’homme en tant que tel ne peut être heureux. Pourtant, cela semble contredire à la fois l’expérience (nous constatons qu’il y a des hommes heureux ou du moins des hommes plus heureux que d’autres) et la définition générale du bonheur comme satisfaction des aspirations humaines puisqu’on peut penser quele développement de l’intelligence fait partie de ces aspirations. Dans le deuxième sens, cette affirmation signifierait que seule la bêtise permettrait à l’homme d’être heureux. Nous retrouvons l’opinion que nous évoquions au début. Mais cette bêtise, en quoi consiste-t-elle au juste ? Et l’image de l’ « imbécile heureux » n’est-elle pas un simple cliché ?

I.

Pourquoi dire qu’il n’y a pasde bonheur intelligent ? Prenons d’abord la notion d’intelligence au premier sens. Dans un texte célèbre, Marx distingue clairement l’intelligence humaine et le comportement animal : « Une araignée fait des opérations qui ressemblent à celles du tisserand et l’abeille confond par la structure de ses cellules l’habileté de plus d’un architecte. Mais ce qui distingue dès l’abord le plus mauvaisarchitecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche »2. Ainsi l’abeille n’a-t-elle aucune représentation de ce qu’elle fait et du but qu’elle « veut » atteindre. Certes, on pourrait répondre que nul ne sait ce qui se passe dans la tête d’une abeille. Une chose est sûre, cependant : les alvéoles des abeilles sont toujours lesmêmes, l’architecture, elle, change selon les époques, les sociétés et le talent individuel de l’architecte. Voilà donc le contraste entre l’intelligence et l’instinct : d’un côté, la représentation d’un but et des moyens pour y parvenir, représentation qui peut changer et même s’améliorer au cours de l’histoire, de l’autre, un schéma de comportement rigide et invariable. D’un côté la transmission desacquis d’une génération à l’autre, le progrès des sciences, des techniques, de la culture en général ; de l’autre, la répétition monotone des mêmes opérations et des mêmes productions. Quelles sont les conséquences de l’intelligence ainsi définie pour le bonheur ?
1 2

Livre de l’Ecclésiaste, verset 15, TOB p. 1618. Le Capital, livre I, 3ème section, éd. Sociales, p. 180.

Est-il vrai...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Est-il vrai qu'il n'existe pas de bonheur intelligent
  • N'y a-t-il de vrai que le vérifiable ?
  • N’y a-t-il de bonheur que dans l’instant ?
  • Peut-on dire qu'il n'y a pas de vérités premières, qu'il n'y a que des erreurs premières ?
  • N'y a t-il de science proprement dite qu'autant qu'il s'y trouve de mathématique ?
  • Dire que les vérités changent et évoluent, est-ce dire qu’il n’y a pas de vérité ?
  • Il n'y a pas de bonheur sans dignité et aucun rêve n'est possible sans liberté
  • n'y a ABSOLUMENT n'y a ABSOLUMENT n'y a ABSOLUMENT

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !