etajc

Pages: 12 (2869 mots) Publié le: 7 janvier 2014
Economie domestique
L'économie domestique partage avec l'hygiène et la médecine le privilège d'être considérée à la fois comme une science et comme un art. L'étendue des connaissances qu'elles exigent, l'élévation des fins qu'elles se proposent, leur participation au bonheur de l'humanité tendent, en effet, à les promouvoir au rang de science. En fait, ce sont des arts, et plusieurs sciencessont nécessaires pour établir les principes fondamentaux de chacun d'eux. Pour réaliser l'organisation du foyer, ou la conservation de la santé, ou la guérison des maladies, il faut la contribution des sciences mathématiques, physiques, chimiques, naturelles.
L'économie domestique requiert aussi le concours d'autres arts, et nous verrons le programme d'enseignement de l'économie domestiquevoisiner sur plus d'un point avec celui de l'hygiène ; la place faite à l'ait culinaire dans ces mêmes programmes accentue encore le caractère technique de l'économie domestique, de même que l'adjonction des travaux manuels.
Mais, d'autre part, les rapports de la morale et de l'économie domestique sont si manifestes, si étroits, que l'importance de cette dernière en est notablement accrue. Considéréedans son union avec la morale, elle devient, comme science du ménage, régulatrice des moeurs domestiques, productrice de moralité et de bonheur, et c'est à faire le tableau de la félicité domestique engendrée par le gouvernement méthodique de la maison que s'appliquent à la fois et Xénophon dans l'Economique, et le Mesnagier du seizième siècle, et Fénelon dans le Traité de l'éducation des filles,et Mme de Maintenon dans ses Entretiens, ainsi que d'autres écrivains du dix-huitième et du dix-neuvième siècle.
De tous les ouvrages consacrés à l'éducation de la femme se dégage cette conclusion qu'il y a un art de gouverner la maison, qu'il s'exprime en règles, en préceptes auxquels il faut conformer ses actes. Où donc apprendrons-nous les secrets de cet art?
Nous l'enseignerons nous-mêmes ànos filles, nous répondent les mères, et là où il se pratique, à la maison, au foyer, au sein de la famille ; ne vous mettez pas en peine de vous substituer à nous. Faites votre office de maîtresse d'école ; apprenez à lire, à écrire, à calculer à nos filles : le reste, c'est notre affaire. Et c'est ce reste, hélas ! qui a été omis ou enseigné sans souci des nécessités présentes. Or, l'économiedomestique, cet art du ménage, lié à la vie de la famille, mêlé à toutes les circonstances de cette vie, réclame impérieusement de l'ordre, de la méthode, de la prévoyance et du savoir. Sans donc dédaigner le concours des mères de famille, en le désirant même comme instrument de contrôle et de vérification, il faut revendiquer pour l'école moderne le droit et le devoir d'inscrire dans sesprogrammes l'enseignement des notions d'économie domestique.
Telle a été la conclusion adoptée par le Congrès de l'enseignement primaire qui s'est tenu à Paris en 1900, dans la réunion où M. Gréard faisait voter cette résolution de principe : « L'enseignement de l'économie domestique et des devoirs du ménage doit être obligatoire à tous les degrés de l'enseignement primaire».
Les traditions de cetenseignement ne sont point à créer en France ; des municipalités comme celles de Rouen, de généreuses bienfaitrices comme Mme Doyen, à Reims, des sociétés comme la Ligue de l'enseignement, ont fondé, bien avant 1900, des écoles ménagères spéciales ou des cours spéciaux ; la Ligue de l'enseignement a même rédigé et vulgarisé des programmes d'économie domestique auxquels nous conseillerons de faire desemprunts. En fait, l'enseignement des travaux de couture a toujours existé dans les écoles de filles, mais cet enseignement a pour ainsi dire masqué l'absence des notions générales d'économie domestique et a paru répondre à toutes les exigences en matière d'éducation domestique. Tout au moins subordonnait-on ces notions à l'exercice des travaux manuels.
Si nous examinons les programmes annexés...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !