gfhfhjg

257 mots 2 pages
• Le terme de mineur désigne dans le langage courant tous ceux qui travaillent à la mine. En réalité, le mineur estl’ouvrier qui fore les puits et creuse les galeries. On peut estimer à 33.000 le nombre de mineurs en 1850. Ce chiffre atteint 108.712 en 1875 et se stabilise dans lesannées 1880.

• Le mineur, en 1806, est comme l'ouvrier d'usine, il gagne très peu. A cette époque, il gagne à peu près un franc et quatre - vingt centimes pour unedure journée de travail. Ainsi, tout au long du XIX ème siècle, le salaire journalier comporte une évolution. En 1919, alors il atteint treize francs et cinquantecentimes. Tous les ouvriers, qu'ils soient de la mine ou d'usine sont très mal payés et ont un niveau de vie très faible. Ils ne peuvent pas économiser. Ils sontobligés de tout dépenser pour des choses de première nécessité. Les ouvriers ne peuvent pas se contenter de toutes ces conditions et vont être obligés de lutter pour queleurs droits soient respectés.

• Lorsque les mineurs parlent de la mine, ils la décrivent comme l'enfer. Il y a tout d'abord leur environnement : très humide etdes températures étouffantes pouvant atteindre jusqu'à 50°c. Il fait tellement chaud dans la fosse que certaines personnes, pour se désaltérer, boivent l'eau salecoincée entre les rails et dans les abreuvoirs pour les chevaux. Déjà avec ceci, les conditions sont épouvantables. Mais à cela s'ajoute des positions inconfortablespour pouvoir travailler. Certains sont toujours courbés, d'autres se retrouvent coincés entre deux pierres dans des tailles de trente centimètres et même

en relation