"John Locke et les fondements de la liberté moderne" de Jean-Fabien Spitz.

693 mots 3 pages
Manon N

BA2 Science Politique

Fiche de lecture : John Locke et les fondements de la liberté moderne » de Jean-Fabien Spitz.

Locke souligne l’importance du fait qu’un pouvoir politique doit absolument être limité par la loi de nature, il ne conçoit pas que le pouvoir soit détenu par un seul juge suprême institué par une autorité humaine. En effet, toute autorité politique doit limiter son pouvoir selon la loi de nature pour être légitime. Pour la constitution des lois d’une société, Locke reste clair : elles ne sont pas le fruit des intérêts de chacun mais doivent suivre la loi de nature. Il affirme également le fait que la qualité prime sur la quantité, c’est-à-dire que les lois doivent être établies par une petite communauté d’individus sages (car même si selon sa théorie, tous les individus sont égaux, ils se différencient quand même selon leur âge ainsi que leur expérience et donc leur sagesse). C’est donc à ce moment là que l’on peut définir que c’est la loi de nature qui légifère et influence la société d’individus et non le contraire.

Locke différencie ici le fait que quelque chose soit juste selon la majorité de la population et juste selon la raison. En effet, pour Locke, une décision prise par la majorité n’est pas forcément juste et ne s’aligne pas toujours sur la loi de nature. De plus, cette même loi de nature ne peut, en aucun cas, être interprétée ou jugée rationnellement par qui que ce soit.
Les Hommes ont su créer des institutions afin de définir des lois, des normes sur ce qui était juste ou non, mais selon Locke, de nouveau, ces institutions sont créées par la majorité de la société civile et, même si elles semblent légitimes pour cette majorité, elles ne le sont pas forcément vis-à-vis de la loi de nature.

Malgré cela, Locke ne peut nier qu’une décision de la majorité peut évidemment être juste et nécessaire, mais il précise que si un individu juge cette décision inappropriée (elle peut en effet aller à l’encontre des

en relation

  • Rousseau, la liberté et les lois
    1149 mots | 5 pages
  • la democratie
    1060 mots | 5 pages
  • economie
    662 mots | 3 pages
  • La liberté (Locke)
    1056 mots | 5 pages
  • Fiche de lecture
    1204 mots | 5 pages
  • Les temps en anglais
    386 mots | 2 pages
  • La loi est-elle condition de la liberté ? (john locke)
    1249 mots | 5 pages
  • La loi est-elle condition de la liberté ? (john locke)
    1324 mots | 6 pages
  • Libre échange ou le protectionisme
    445 mots | 2 pages
  • Décentralisation territoriale
    2573 mots | 11 pages