La chute de la maison uscher

719 mots 3 pages
Écrivain américain du 19 siècle, Edgar Allan Poe a connut un très grand succès avec ses écrits. En fait, il fut et demeure toujours l’un des plus grands maitres du fantastique. Le Corbeau, qui est son œuvre la plus connue et la plus populaire, est immédiatement associée a son nom lorsqu’on le prononce. Mais il est bon de savoir que Le Corbeau n’est pas sa seule œuvre figurant dans son palmarès de grands succès. En effet, on y retrouve aussi La chute de la maison Uscher, petite nouvelle tirée de son recueil Nouvelles histoires extraordinaires. La chute de la maison Uscher porte nettement les caractéristiques du romantisme noir dans le sentiment de la nature ainsi que par la folie et la mort qui y prédominent.

Tout d’abord, étant omniprésente dans le récit, la nature y joue un immense rôle. En effet, des les premières lignes, par le biais de la nature, l’auteur se permet de nous ouvrir les portes vers un univers très lourd et très inquiétant. Des le commencement, le lecteur sentira cette lourde atmosphère qui se poursuivra tout au long de la nouvelle et qui le rendra un peu inconfortable. Autre facteur commun aux œuvres fantastiques en général, l’histoire débute lors d’un coucher de soleil automnal et plutôt lugubre. De plus, le héros fait face a une demeure délabrée qui lui est tout a fait inconnue et qui inspire énormément de crainte. Lorsque l’auteur décrit celle-ci en disant de tels termes « les murs qui avaient froid » ou « les fenêtres semblables a des yeux distraits », il a deux buts. Premièrement, il veut nous prévenir que nous devons craindre cette demeure et les événements qui vont y survenir. Puis, pour ajouter à l’angoisse et au malaise, il veut nous donner cette impression que la demeure est vivante, qu’elle est un personnage en elle-même. Par ce stratagème, la maison prend une grande place dans le récit. Pour combler le tout, a la fin du récit, la nature elle-même semble vivante et semble vouloir accompagner les événements finals. « La

en relation

  • Le tourisme culturel
    231730 mots | 927 pages