La conscience

1952 mots 8 pages
|"Je" c’est la pensée par rapport à soi. "Je" rend possible toutes nos représentations. Il a une | |
|permanence dans le temps. Le langage permet de constituer son "Je". Le rapport à autrui permet de | |
|constituer son identité. La conscience permet de connaitre "Je". La connaissance de "Je" est le | |
|contraire de la connaissance extérieure. « Je » est un synonyme de soi-même. L’ « autrui» c’est | |
|l’autre mais semblable à nous parce qu’il fait partie de la même condition humaine. « Autrui » | |
|n’est que les hommes de son groupe sociale et par exemple les demi-dieux, les esclaves et les | |
|barbares n’était pas autrui mais simplement « autres » dans la philosophie antique. La catégorie | |
|des « autrui » s’est ensuite élargie comme par exemple avec le christianisme qui rassemble tous les| |
|hommes avec un seul père et donc tous « autrui ». Connaitre c’est avoir des connaissances, des | |
|notions sur un sujet, un objet. Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître | |
|soi-même ? Nous allons tous d’abord étudier s’il est plus facile de se connaitre soi-même | |
|qu’autrui. Puis nous allons étudier s’il est plus facile de connaitre autrui que de se connaitre | |
|soi-même. | |
|

en relation

  • La conscience
    5115 mots | 21 pages
  • Conscience
    4514 mots | 19 pages
  • Conscience
    1304 mots | 6 pages
  • Conscience
    2463 mots | 10 pages
  • Conscience de soi
    1982 mots | 8 pages
  • Conscience
    1730 mots | 7 pages
  • La conscience
    5136 mots | 21 pages
  • La conscience
    651 mots | 3 pages
  • Conscience
    1399 mots | 6 pages
  • La conscience
    3527 mots | 15 pages