La désobéissance civile

569 mots 3 pages
La désobéissance civile est l’insubordination, c'est-à-dire le refus de se soumettre à la loi. La légalité est le caractère de ce qui est légal, conforme aux lois. La légitimité est quant à elle fondée sur la reconnaissance, et s’appuie sur des valeurs universelles. La désobéissance civile n’est donc pas légale mais peut-être légitime. Face à cela, on peut se poser bien des questions : « Un pouvoir est-il toujours légitime ? » « Peut-on désobéir à un pouvoir légal ? » « Jusqu’où peut aller la désobéissance civile ? » Nous tenterons donc de trouver des réponses à ces trois questions.

La désobéissance civile n’est pas récente. Dans les années 1950, Rosa Park refuse de céder sa place dans le bus parce qu’elle est noire. Gandhi, quant à lui, demande à tous les Indiens de refuser l’impôt sur le sel car il juge cette mesure absurde. Mais bien auparavant, durant la Seconde Guerre mondiale, les policiers de Nancy et bien d’autres personnes ont désobéi face à un pouvoir pourtant légal en aidant les Juifs avant les rafles. En effet, toutes ces personnes considèrent ce pouvoir comme illégitime, prenant des mesures inhumaines. Ils s’appuient sur la Déclaration des Droits de l’Homme qui considère que tous les hommes sont égaux. Cependant, certaines personnes sont contre de tels actes et approuvent les lois anti-juives par exemple car ils trouvent le pouvoir légal et légitime.

Mais peut-on désobéir à un pouvoir légal ? En France, de nombreux sans-papiers sont accueillis par des personnes risquant d’être poursuivis en justice pour de tels actes. Ces personnes, bien qu’elles approuvent le pouvoir et le considèrent comme légal et légitime, refusent de laisser des étrangers dans la misère, au nom de leurs valeurs et de leur conscience. Elles s’appuient notamment sur le Préambule de la Constitution de 1958 : « le peuple français proclame solennellement son attachement aux droits de l’homme ». Bien sûr, cela est contraire à l’opinion d’autres français qui défendent le

en relation

  • La desobeissance civile
    2407 mots | 10 pages
  • Desobeissance civile
    500 mots | 2 pages
  • La désobéissance civile
    3201 mots | 13 pages
  • La désobéissance civile
    946 mots | 4 pages
  • La désobéissance civile
    1473 mots | 6 pages
  • Désobéissance civile
    2970 mots | 12 pages
  • La désobéissance civile
    2713 mots | 11 pages
  • Droit et désobéissance civile
    8253 mots | 34 pages
  • La désobéissance civile est-elle une déviance?
    2036 mots | 9 pages
  • Désobéissance civile - thoreau
    3366 mots | 14 pages