La méditation de diane

536 mots 3 pages
Honoré d'Urfé Méditation de Diane

Introduction : L’Astrée est un roman pastorale, mode qui commence avec cette œuvre et qui se prolonge jusqu’au XVIIIe s. On trouve des témoignages selon lesquels des représentations de l’Astrée ont eu lieu. Elle a inspiré le roman précieux (Le Grand Cyrus,…)

Problématique : Dans quelles mesures ce texte s’inscrit-il dans l’esthétique baroque ?

I) Une méditation sue le changement et l’inconstance de l’être.

1) Une méditation partant de l'observation du changement

Analogie entre l’eau et le cours du temps/ de l'existence, "ainsi" : introduit l’analogie, "ni moi-même" + référence à Héraclite.

Le temps : course du soleil, branle universelle

Champs lexical de la vue "tenu l’œil sur le courant", "voir", "considère"

2) Méditation animée par un ensemble d’images baroques

Eau en mouvement "Le courant de la rivière", dérivation du mot "courant"(l.2-3)

Polyptote : "couler"/"coulait", "univers"/"universel"

Personnification/allégorie de la nature : "Nature"

Personnification du temps aves des verbes d’actions : "poussant", "chassant"

3) Méditation conclut sur l’inconstance de l’être

Gradation régressive : "7 ans en 7 ans (…) mois en mois"

Memento Mori : "ressouviens-toi"

Polyptote : "change", "changeant"

Répétition "même"

Opposition passé/présent "Quelle tu étais, Quelle tu devins"

II) Un monologue qui amène un débat intérieur

1) Un monologue apparemment pathétique

Forme des phrases : 1ère exclamative, 2ème emphatique : "ô" phrases sous forme d’interjections

Amplification : -tonale signalée par la didascalie "en relevant un peu la voix" sur des phrases interrogatives

-en longueur : dernière phrase sur Silvadre => 6 lignes, les deux précédentes : 2 et 3 lignes

en relation

  • Commentaire de " la méditation de diane " ( tirée de l'astrée )
    720 mots | 3 pages
  • Lecture analytique « la méditation de diane », l’astrée d’honoré d’urfé (1567-1625)
    1679 mots | 7 pages
  • Le baroque
    851 mots | 4 pages
  • La mertume
    2884 mots | 12 pages
  • “Presque personne n’aime les vers”: une étude de poésie
    2148 mots | 9 pages
  • poemes
    1307 mots | 6 pages
  • Elsa au miroir
    1116 mots | 5 pages
  • Les 52 romans incontrounables
    3600 mots | 15 pages
  • Synthèse agrippa d'aubigné
    552 mots | 3 pages
  • Anthologie de la poèsie française au 16ème siècle
    3203 mots | 13 pages