La philosophie et ses usages

855 mots 4 pages
La question «À quoi sert la philosophie ?» est une question que se pose tout élève de terminale au moment de commencer l’année. Ce qui démarque déjà énormément cette matière des autres tels que les maths ou la physique, en effet la philosophie ne paraissant pas avoir d’utilité pratique, matérielle .Elle ne « sert » donc à rien d’autre qu’à elle-même à première vue puisque le verbe servir signifie « se soumettre à quelque chose » or la philosophie ne se soumet a rien. On en vient toujours a se poser la question de son utilité ; le terme philosophie vient du grec « philo » qui signifie ami et de « Sophia » qui signifie sagesse. Le philosophe recherche donc la sagesse quand il a une réflexion philosophique, cette réflexion étant selon Platon « fille de l’étonnement ».
Pour répondre à cette question, nous allons donc voir tous d’abord les usages de la philosophie par rapport aux sciences puis les désavantages de cette pratique.

Tous d’abord la philosophie est une matière originale ,en effet tout le monde « philosophe » dans sa vie involontairement et même sans s’en rendre compte : l’homme se retrouve par exemple obliger de philosopher quand il doit répondre aux questions de ses enfants.
La philosophie permet à l’homme de développer un esprit critique et d’acquérir un savoir , c'est-à-dire une connaissance déterminée concernant un sujet tandis qu’étudier les sciences ne revient généralement qu’à tenir pour vrai ce qu’on nous apprend , on ne fait que croire en ces choses.
La philosophie est un examen critique et de par cet examen critique, l’homme peut lutter contre les préjugés puisqu’il se forme sa propre opinion, elle permet de mieux comprendre les chose via la critique.
L’apprentissage de la philosophie nous permet d’apprendre à construire une réflexion raisonnée, elle permet d’apprendre à penser ou plutôt à bien penser, cela permet aussi de s’ouvrir l’esprit sur le monde extérieur en réfléchissant sur ce dernier.
C’est la capacité à philosopher qui

en relation

  • Travail collaboratif
    4197 mots | 17 pages
  • fiche de lecture DEAMP
    3604 mots | 15 pages
  • Distinctions conceptuelles
    1573 mots | 7 pages
  • Droit coutumier
    1782 mots | 8 pages
  • Philosophie et morale
    747 mots | 3 pages
  • fiche de lecture
    1680 mots | 7 pages
  • Sauvages ou naturels ?
    1593 mots | 7 pages
  • Td sur les sources du droit
    3377 mots | 14 pages
  • Discours de la méthode, Sixième partie, Descartes
    2465 mots | 10 pages
  • Aristote
    1011 mots | 5 pages