La philosophie peut-elle avoir un sens en-dehors de la métaphysique ?

1940 mots 8 pages
La philosophie peut se définir comme une activité et une discipline qui questionne, interprète et réfléchit sur le monde et l’existence humaine. En ce sens, la philosophie opère un questionnement permanent sur les choses visibles et invisibles, sur le réel et l’illusoire, sur la science et l’imaginaire. On observe donc que la philosophie peut être, comme on le dit souvent, la recherche de la vérité et de la sagesse dans l’existence. Cependant, comment accéder à une vérité alors qu’on ne peut la vérifier ? Comment la philosophie peut-elle se dire une discipline alors qu’elle peut réfléchir sur des choses ou des objets dont l’existence n’est pas démontrée ? Est-elle condamnée à n’être qu’une discipline critique qui doute d’elle-même ? Est-elle une science de la rationalité pure ? Nous allons voir, en montrant les rapports qu’entretient la philosophie avec la métaphysique, qu’il existe un sens de la philosophie, non pas en dehors de la métaphysique, mais à travers cette dernière. C’est par l’existence de l’être que la philosophie prend tout son sens

A l’époque de Platon, le mot Métaphysique n’existe pas, il a été inventé par Andronicos de Rhodes pour son édition des ouvrages d’Aristote qui venaient après la physique
Mais si le mot de métaphysique est relativement récent, sa notion est très ancienne et se confond avec la notion de Philosophie.
Le monde des Idées chez Platon, le supra-sensible ou ce qui est appelé aussi Dialectique, peut-être interprétée comme la Métaphysique. Les différentes idées comme le Beau, la Vertu, le Bien sont des analogies projetées sur le monde, qui viennent d’Idées existantes en elle-même dans un au-delà qui serait un monde de causalité des formes sensibles. . Les choses sensibles dans le monde s’articulent avec les réalités en soi Ces dernières engendrent des formes qui deviennent des choses sensibles, auquel elles participent. Cela n’est pas un engendrement physique, mais permet de faire exister le sensible en le rendant

en relation

  • synthèse de l'éclipse à la finalité
    383 mots | 2 pages
  • Explication de nietzche
    432 mots | 2 pages
  • La vérité
    3438 mots | 14 pages
  • intérêt de philosopher
    305 mots | 2 pages
  • L'art peut il manifester la vérité?
    1841 mots | 8 pages
  • Ma philosophie expliquée à ma fille
    948 mots | 4 pages
  • Synthese des textes sur la connaissance.
    269 mots | 2 pages
  • Peut on douter de tout ?
    1552 mots | 7 pages
  • La direction vers la raison
    1041 mots | 5 pages
  • Amoureux de philosophie
    511 mots | 3 pages
  • Réfutation de l'éclectisme, pierre leroux
    1850 mots | 8 pages
  • Huis clos
    1436 mots | 6 pages
  • Résumé : la philo expliqué à ma fille
    779 mots | 4 pages
  • Les philosophes des Lumières
    362 mots | 2 pages
  • Conclusion texte epictète
    881 mots | 4 pages