le bonheur et le plaisir

4234 mots 17 pages
Le bonheur - Cours de philosophie
Le bonheur Les enjeux de la notion – une première définition Le bonheur est souvent conçu comme étant une fin ultime de la vie humaine (c’est ce qu’on appelle eudémonisme). Il se distingue des fins partielles, c’est-à-dire des fins qui à leur tour deviennent des moyens en vue de fins plus élevées (par exemple la richesse). Le bonheur est la fin la plus haute, une fin que l’on recherche pour elle-même, une fin en soi. Cependant, une fois cela reconnu, nous n’avons encore rien affirmé de la nature du bonheur. Si l’on se fie au sens commun, on pourra alors penser que le bonheur consiste dans l’assouvissement intégral des besoins et désirs. Le bonheur est ce qui nouscomble. Si nous acceptons une telle définition, n’allons-nous pas être condamné à ne jamais être heureux ? En effet, la satisfaction complète des désirs semble impossible dans la mesure d’une part où l’assouvissement d’un désir est très souvent l’origine d’un nouveau désir de telle manière que la quête du bonheur serait sans fin, et que, d’autre part, tout choix d’un projet de vie semble impliquer qu’un privilège soit donné à certaines aspirations, au détriment d’autres. De plus, le fait que le bonheur soit communément conçu comme un état stable et permanent, comme une « paix intérieure », montre bien qu’il ne saurait être la simple conséquence de la satisfaction des désirs car ceux-ci sont justement ce qui ne cesse de venir perturber tout « repos » dans un état déterminé. En ce sens, le bonheur est-il bien plutôt la conséquence d’une maîtrise des inclinations, d’une faculté (souvent dite morale) de supprimer les désirs qui viendraient troubler cette « paix ». Cependant, cette conception pose des difficultés équivalentes à la précédente car la possibilité d’exercer un empire sur tous nos désirs ne semble pas moins hors de portée que celle de tous les satisfaire. Nous allons voir dans ce cours que la problématique du bonheur se situe au croisement de

en relation

  • Bonheur et plaisir
    1293 mots | 6 pages
  • Bonheur et plaisir
    390 mots | 2 pages
  • Bonheur et plaisir
    398 mots | 2 pages
  • Pas le bonheur, le plaisir
    379 mots | 2 pages
  • Bonheur et plaisir
    255 mots | 2 pages
  • Bonheur et plaisir
    1702 mots | 7 pages
  • Le bonheur et le plaisir
    515 mots | 3 pages
  • Le bonheur se trouve-t-il dans le plaisir ?
    1344 mots | 6 pages
  • Le plaisir est-il essentiel au bonheur?
    652 mots | 3 pages
  • «Le plaisir est-il nécessaire au bonheur?»
    665 mots | 3 pages