Le conseil constitutionnel

4398 mots 18 pages
1

Rapport du Conseil constitutionnel d’Algérie La séparation des pouvoirs et l’indépendance des Cours constitutionnelles et instances équivalentes
Rio de Janeiro du 16 au 18 janvier 2011 1. La séparation des pouvoirs imaginée par Locke et Montesquieu s’est complètement renouvelée à la lumière des différentes analyses juridiques et de la pratique politique et constitutionnelle. Il est en effet difficile de soutenir, aujourd’hui, la séparation alors que l’exercice du pouvoir révèle plutôt une collaboration fondée sur la non-appropriation par un pouvoir des fonctions dévolues à un autre pouvoir et la non-ingérence de l’un dans l’exercice des fonctions de l’autre. 2. La séparation des pouvoirs, conçue comme garantie des droits du citoyen de tout abus des gouvernants, est, par référence à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, une caractéristique voire un élément fondamental de la définition de la notion de Constitution.1 Elle a influencé aussi bien le constitutionnalisme américain en 1803 avec la décision fondatrice du contrôle de constitutionnalité (Marbury vs Madison 1803), qu’européen, avec le travail théorique remarquable du Maître de Vienne Hans Kelsen (dans les années 1920).

Elle est reconnue aujourd’hui comme « l’un des principes fondamentaux du constitutionnalisme moderne et de l’État de droit »2. 3. En Algérie, la séparation des pouvoirs en tant que point de départ d’une nouvelle organisation politique de l’Etat et la création d’un Conseil constitutionnel chargé de veiller au respect de la Constitution figurent parmi les innovations majeures de la révision constitutionnelle de 1989. 4. La séparation des pouvoirs tend dans sa finalité à garantir la liberté en empêchant tout cumul des pouvoirs de l’Etat entre les mains d’une même

Art. 16 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de

en relation

  • Le conseil constitutionnel
    3951 mots | 16 pages
  • Conseil constitutionnel
    1222 mots | 5 pages
  • Conseil constitutionnel
    19461 mots | 78 pages
  • Le conseil constitutionnel
    3004 mots | 13 pages
  • Conseil constitutionnel
    2003 mots | 9 pages
  • Le conseil constitutionnel
    1959 mots | 8 pages
  • Le conseil constitutionnel
    1974 mots | 8 pages
  • Le Conseil Constitutionnel
    1704 mots | 7 pages
  • Conseil constitutionnel
    1617 mots | 7 pages
  • Conseil constitutionnel
    1970 mots | 8 pages