Le devoir

250 mots 1 page
Il faut alors distinguer deux positions morales : l’une déontologique. Seule est morale l’action faite par devoir, par respect de principes fermes, universels et intemporels, sans considération des conséquences. L’autre est téléologique ou « conséquentialiste » : l’action morale a pour but la réalisation du plus grand bien possible. Devant la décision à prendre, l’homme doit envisager les conséquences prévisibles de ses actes. Une telle morale nous invite à considérer un moindre mal comme un bien, au nom du principe de bienfaisance.
A quoi il faut ajouter qu’on ne peut jamais prévoir les conséquences de ses actes. Supposons, par exemple, que mon ami, voyant les assassins arriver, décide de s’enfuir à mon insu. En affirmant qu’il est sorti alors que je le crois à l’intérieur de la maison, mon mensonge bienveillant devient la vérité et être la cause de sa mort. Certes, en m’en tenant au devoir de véracité, je peux aussi être la cause de sa mort. Mais suis-je vraiment responsable ? Le meurtre de cet homme n’est-il pas la faute des meurtriers ? Le fait que l’accomplissement d’un devoir entraîne des conséquences désastreuses n’est-il pas imputable à quelqu’un d’autre ? La morale du devoir ordonne simplement : fais ce que tu dois. De ce point de vue, on doit faire son devoir sans se préoccuper de ce que les autres sont susceptibles de faire. Que le mal puisse résulter du bien n’est pas notre

en relation

  • Devoir
    714 mots | 3 pages
  • devoir
    400 mots | 2 pages
  • devoir
    570 mots | 3 pages
  • Devoir
    2866 mots | 12 pages
  • devoir
    274 mots | 2 pages
  • Devoirs
    16781 mots | 68 pages
  • Le Devoir
    1739 mots | 7 pages
  • Devoir
    7252 mots | 30 pages
  • Devoir
    885 mots | 4 pages
  • Devoir
    260 mots | 2 pages