Le droit de dissolution en france depuis 1875

1792 mots 8 pages
Un régime parlementaire se caractérise par une collaboration équilibrée des pouvoirs, dans lequel, contrairement au régime présidentiel, le gouvernement et le Parlement on des domaines d’action communs (ex. Initiative des lois) et des moyens d’action réciproques, le Parlement pouvant mettre en jeu la responsabilité politique du gouvernement (le Chef de l’Etat étant, lui, irresponsable) et le gouvernement prononcer la dissolution du Parlement.
Le droit de dissolution est l’une des composantes essentielles du régime parlementaire reposant sur une séparation souple des pouvoirs, caractéristique dudit régime. C’est acte par lequel le chef de l’Etat ou le gouvernement met fin par anticipation au mandat de l’ensemble des membres d’une assemblée parlementaire. Il permet de contrebalancer le droit pour le Parlement de mettre en jeu la responsabilité politique du gouvernement, notamment par la motion de censure entrainant une démission forcée du gouvernement.
Néanmoins, certains risques sont liés à un tel régime, particulièrement la dérive vers un régime d’assemblée dans lequel une assemblée unique et souveraine détient la totalité des pouvoirs politiques, dérive que l’on a pu observer sous la IIIème et la IVème République. En effet, si selon les textes, le Parlement peut voter une motion de censure afin de renverser le gouvernement, le pouvoir exécutif peut en contrepartie dissoudre la chambre basse (Chambre des Députés sous la IIIème République, Assemblée nationale sous la IVème et la Vème République), cette attribution concerne alors le Président de la République ou le Premier ministre. Mais la réalité diffère de la théorie puisque la réciprocité de ces actions n’a pas toujours été appliquée. Ainsi, une nette évolution de l’application du droit de dissolution est appréciable entre sa mise en œuvre sous la IIIème République dès 1875 (précédée de 1870 à 1875 d’un régime provisoire), sous la IVème République de 1946 à 1958, et sous la Vème République depuis 1958.

Il

en relation

  • Le droit de dissolution sous la iiième république
    1666 mots | 7 pages
  • Le droit de dissolution de 1875 à nos jours
    2584 mots | 11 pages
  • Crise 16 mai 1877
    1607 mots | 7 pages
  • La dissolution de 1875 à nos jours
    4237 mots | 17 pages
  • La crise du 16 mai 1877
    1319 mots | 6 pages
  • Droit Constitutionnel
    1608 mots | 7 pages
  • La crise du 16 mai 1877
    1491 mots | 6 pages
  • Le troisieme republique
    3220 mots | 13 pages
  • Le droit de dissolution de 1875 à nos jours
    1189 mots | 5 pages
  • Rapports président premier ministre sous a 5 eme republique
    4068 mots | 17 pages