Le fait divers au cœur de la dialectique langienne

5237 mots 21 pages
« Le fait divers au cœur de la dialectique langienne », Médias & Culture, dans un numéro intitulé « Faits divers, fiction, figures du monstre », L’Harmattan, à paraître. Le fait divers au cœur de la dialectique langienne

Résumé : Cet article présente la façon dont Fritz Lang exploite le fait divers dans deux films M et Fury. Pour lui, il ne s’agit pas simplement de porter à l’écran un simple fait divers mais de montrer comment la société réagit face à ce dernier.

1. Le fait divers dans l’œuvre langienne

Au cours de ses entretiens, tant en Allemagne qu’aux Etats-Unis, Fritz Lang déclare que la première étape de la réalisation d’un film commence irrémédiablement par la lecture attentive des journaux. Le cinéaste repère ainsi de nombreux sujets qui ont inspiré des films tels que Dr. Mabuse, der Spieler, Spione, M, Fury, The Blue Gardenia, ou encore Beyond a reasonable doubt. Le fait divers sert donc de matériau originel au réalisateur.

Il nous semble cependant qu’on ne peut réduire le projet du cinéaste au simple fait de porter à l’écran tel ou tel fait divers particulier. Nous souhaitons démontrer ici, à travers l’étude conjointe de M (1931) et de Fury (1936), que la représentation du fait divers permet au cinéaste d’interroger « ceux qui ont une responsabilité morale dans la cité, que ce soit la justice, la politique, les médias… le citoyen » (NEVERS, C., 1992, p. 86.) et de « démasquer un monde malsain s’indignant et jouissant à la fois du spectacle des perversions criminelles qu’il met « à la une », [et] conduisent fatalement le spectateur à interroger son propre regard, sa propre jouissance indignée de certaines images, sa responsabilité morale vis-à-vis de ce qu’il y voit, de ce qu’il peut y voir de ce qu’elles lui font voir… ». (NEVERS, C., 1992, p. 86.) Le fait divers s’inscrit donc au cœur de la dialectique langienne.

Nous reviendrons tout d’abord sur l’intérêt que Lang porte à la question du meurtre et du fait divers.

en relation

  • Est-il possible de penser sans langage ?
    1242 mots | 5 pages
  • Introduction à la linguistique française
    3600 mots | 15 pages
  • Langage et pensée
    287 mots | 2 pages
  • Faut-il regretter la multiplicité des langues ?
    3202 mots | 13 pages
  • Le plus beau vers de la langue française, étude linguistique
    1216 mots | 5 pages
  • Dialectes de la Langue Française
    1332 mots | 5 pages
  • Linguistique appliquée a l'enseignement des langues
    403 mots | 2 pages
  • Pourquoi étudier la langue?
    426 mots | 2 pages
  • La Linguistique Au XXe Me Sie Cle
    2544 mots | 11 pages
  • diversité des langues
    285 mots | 2 pages