Les structures industrielles des etets unis

1247 mots 5 pages
Valorisation du stock

La période actuelle est caractérisée par l’anticipation d’une croissance rapide du secteur audiovisuel multimédia, qui sera multiplié par 10 dans les 20 ans qui viennent (ce qui correspond à une croissance de 12 % par an). Il en résulte une forte augmentation de la demande de programmes, entraînant de meilleures recettes pour le stock de programmes, et donc une valorisation de celui-ci.

On peut estimer la consommation annuelle actuelle en France à 19 milliards de francs dont 3 vont au stock de programmes (2 aux programmes étrangers, 1 aux programmes français). On peut prévoir que la consommation sera de 50 milliards de francs en 2015 dont 10 iront au stock de programmes (5 aux programmes étrangers et 5 aux programmes français).

Supposons que la consommation de programmes étrangers dans le monde soit de 20 fois la consommation en France. Leurs recettes annuelles mondiales seront en 2015 de 100 milliards de francs, et sur la base d’un taux de rentabilité de 15 % ce stock vaudra 660 milliards de francs. Si l’on considère les seuls programmes français, et en supposant qu’ils ne se valorisent que sur le marché français, leur stock vaudra 33 milliards de francs contre 7 milliards de francs actuellement.

Il existe donc une perspective de forte plus-value sur le stock des droits français (et encore davantage bien sûr sur le stock de droits étrangers, majoritairement américains ; mais ce n’est pas notre sujet ici). Elle provoquera une spéculation sur la détention de droits durant les dix ans qui viennent : ici apparaissent des acteurs qui appartiennent au secteur financier, à l’informatique, à l’électronique. Compte tenu de la logique qui prévaut sur ce type de marché (sur lequel la croissance des cours nourrit des anticipations optimistes), on peut s’attendre à une montée de la valorisation du stock jusqu’à 50 milliards de francs, suivie d’un retour vers le prix d’équilibre après un éventuel passage par une phase de sous-évaluation. Ces

en relation

  • Relation internationale
    45162 mots | 181 pages
  • Union européenne
    32948 mots | 132 pages
  • D 72
    105798 mots | 424 pages