Mariage

Pages: 11 (2693 mots) Publié le: 21 février 2011
[pic]

Droit du mariage dans la tradition musulmane

Le mariage (arabe : النكاح, Nikâh) est l'alliance d'un homme et d'une femme, dans le but de former une famille[1] et, sur le plan juridique, d'établir les alliances et les filiations légitimes. Comme les autres religions monothéistes, l'islam réglemente cette institution, aussi bien dans les pratiques rituelles que dans le vécu au niveaudes individus. De ce fait, une forte tradition existe aujourd'hui dans les aires culturelles où cette religion a étendu son influence, ainsi qu'un droit spécifique, qui diverge cependant selon les régions en fonction des coutumes locales et de la jurisprudence spécifique développée au cours du temps, qui diffère en particulier selon les écoles juridiques (madhhab) et selon le rapport adoptévis-à-vis du droit musulman traditionnel (le Code du statut personnel tunisien de 1956 s'écarte par exemple de façon importante de la tradition).

|Sommaire |
|1 Histoire du mariage musulman (nikâh) et obligations des conjoints |
|2 Cérémonie du mariage|
|3 Mariages spécifiques |
|4 Tahlil, al-tays al-musta’ar |
|4.1 Nikah urfi|
|4.2 Nikâh al Misyar |
|4.3 Mariages temporaires |
|5 Annulation du mariage |
|6 Divorce et répudiation|
|7 Le mariage en Inde et au Pakistan |

[pic]Histoire du mariage musulman (nikâh) et obligations des conjoints [modifier]

Suivant la tradition, la condition féminine en période préislamique (dite jahiliya en arabe), dominée par le patriarcat, étaitdéplorable. Les nikâh nurfi, nikâh mut'a, nikah ijtimah (polygamie) auraient été courants (bien que la polygamie aurait été, en réalité, rare, selon certains historiens [2]). Ces coutumes étaient liées à la propension voyageuse des Arabes de l'époque qui considéraient les besoins sexuels comme nécessaires et légitimes pour un homme. Dans la période pré-islamique, au décès de son mari, la femme passaità son héritier le plus proche, qui pouvait se marier avec elle ou la marier avec un autre (Coran, IV-19) [3] (voir Mariage arabe avant Mahomet).
Les prescriptions du Coran ont alors rééquilibré les rapports hommes-femmes, en accordant notamment à la femme mariée une personnalité juridique distincte et séparée, et la dotant d'un patrimoine propre qu'elle est libre d'administrer (il n'y a pas decommunauté de biens, mêmes meubles, dans le mariage musulman) [3].
Le Coran fixe des normes sur le mariage pour protéger la femme de toutes les « perversions » antérieures, notamment en interdisant certains mariages[4] consanguins ou non; il s'oppose à la prostitution[5]; rend obligatoire la dot qui entre dans le patrimoine personnel de la femme (dans la période préislamique, la dot était attribuéaux parents [6]), recommande le douaire[4]; reconnait la polygamie, toutefois limitée à quatre épouses; mais donne un statut différent à l'homme[7], par exemple pour le divorce. Enfin, l'héritage, influencé par le régime patriarcal, favorise les proches masculins sur les proches féminins, tout en répondant à des règles complexes (Voir Droit musulman des successions).
La femme est libre de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le mariage
  • Le mariage
  • La mariage
  • Le mariage
  • Mariage
  • Mariage
  • Mariage
  • Le mariage

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !