memoires_rayan

Pages: 52 (12787 mots) Publié le: 15 octobre 2015
Chapitre

2

Les historiens et les mémoires
de la Seconde Guerre mondiale
� MANUEL, PAGES 58-79

◗ Présentation de la question
• Depuis 1984, le programme de terminale prend
en compte l’importance croissante qu’occupe
désormais l’histoire de la mémoire dans l’historiographie. Il répond également à une forte
demande sociale, exprimée tant par les associations de résistants et de victimes de laguerre que
par les pouvoirs publics ; elle a donné lieu ces
dernières années à une multiplication des actes
de commémoration et des lieux de mémoire
consacrés au souvenir de la Seconde Guerre
mondiale.
• Le programme comprend deux dimensions
principales : on étudiera, d’une part, l’évolution
de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale
depuis l’époque de la Libération, et, d’autre part,
lacontribution propre des historiens à la transmission de cette mémoire. S’il faut choisir entre
la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie, certains recoupements pourront être fructueux, lorsqu’il s’agira d’évoquer, par exemple,
le procès Papon, le rôle des « indigènes » dans la
libération de la France ou le débat sur les « lois
mémorielles ».
• Comment aborder l’histoire de la mémoire ?
Henry Roussopropose de la définir comme
« l’étude de l’évolution des représentations du
passé, entendues comme des faits politiques,
culturels ou sociaux ». Comme le suggère Pierre
Nora dans Les Lieux de mémoire, on étudie « non
pas les événements pour eux-mêmes, mais leur
construction dans le temps, l’effacement et la
résurgence de leurs significations ; non le passé
tel qu’il s’est passé, mais ses réemploissuccessifs ». On ne reviendra donc pas ici sur l’histoire
de la Seconde Guerre mondiale en tant que telle :
l’histoire de la mémoire de la Seconde Guerre
mondiale ne se confond pas avec l’histoire de
la guerre. Il s’agira de montrer comment certains faits ont pu être occultés ou réinterprétés,
d’expliquer pourquoi ce retour sur le passé a
© Nathan. Histoire Terminales L/ES Le Quintrec, 2012

étéparfois douloureux et polémique, au point
d’engager les plus hauts responsables de l’État à
s’exprimer officiellement sur des épisodes vieux
de plus d’un demi-siècle.
• La France n’a pas été le seul pays à devoir
affronter certains épisodes sombres de son histoire. Italiens et Allemands ont dû s’interroger
sur les responsabilités de leurs compatriotes
dans la montée du fascisme et du nazisme. LesSoviétiques ont longtemps refusé de reconnaître les crimes perpétrés par Staline dès 1939,
notamment en Pologne (Katyn). Les États-Unis
n’ont que tardivement reconnu les injustices
commises à l’encontre des Nippo-américains.
En France, le souvenir conflictuel de la Seconde
Guerre mondiale est essentiellement lié à l’existence du régime de Vichy, et par conséquent au
maintien, sous l’occupationallemande, d’un
État qui s’est placé au service de l’occupant pour
faire la chasse aux résistants et déporter les juifs.
C’est en ce sens qu’il y a bien un « syndrome de
Vichy ».
• L’enjeu majeur de la question est ainsi de faire
comprendre aux élèves pourquoi, jusqu’à ces
dernières années, la Seconde Guerre mondiale
n’a pas pu faire l’objet de la même commémoration unitaire que la Première. Ilconviendra donc
de repérer, au cours de la période, l’expression
de différentes mémoires de la guerre, concurrentes et parfois conflictuelles :
– Les mémoires de groupe sont portées par les
acteurs et les victimes de la guerre. Elles militent chacune à leur manière contre l’oubli, d’où
l’importance qu’elles accordent au témoignage ;
mais elles sont par définition sélectives dans leur
commémoration dupassé. Ici se place, comme
l’a bien souligné Robert Frank, la spécificité de
la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : « La
France éclatée de l’époque a vu se multiplier les
groupes d’acteurs, et aucun d’entre eux n’a véritablement réussi à faire prévaloir sa mémoire
29 •

auprès de la collectivité ». Robert Frank évoque
ainsi la « mémoire repliée » des prisonniers de
guerre ; la « mémoire...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !