Philosophie

2885 mots 12 pages
La Politique peut elle être sans conflits ?

Il suffit de nous positionner en tant qu'observateur pour nous rendre compte du conflit qui règne tout autour de nous. Le conflit est qualifié à partir du moment où l'on sent une tension, qu'elle soit explicite ou latente. Celui ci est une divergence d'opinions ( sociales par exemple ), d'intérêts, ou une opposition entre des personnes ou sur des principes. Dans un conflit, les tensions peuvent s'illustrer par de l'agressivité, comme par exemple au niveau international avec les guerres. La guerre est le conflit d'intérêts, d'opinions, de devoirs, de jugements qui opposent les hommes depuis toujours. On peut même sur un point de vue de fiction narrative dire que les conflits sont présents dans l'état de nature dont Hobbes et Locke en exposent les thèses. Ainsi, qu'est ce qui pourrait faire cesser ces oppositions ? Si le conflit, à tendance violent, est depuis toujours, il a fallu instaurer une organisation assez puissante pour l'éviter ou encore le bannir ? Cette organisation n'a pas pu se former seule si on s'appuie sur la thèse de Hobbes par exemple, elle viendrait donc d'un pacte passés entre tous les hommes ? La politique n'est elle donc pas la solution aux passions assassines qu'engendre le conflit ? En effet, la politique, du grec Polis : la Cité, est l'art de gouverner un État qu'on qualifiera de société regroupant des individus, et ainsi de diriger les affaires publiques et en découle son organisation. Peut on dire alors que la Politique s'inscrit comme le fondement de la cité qui se baserait sur la recherche d'un universel, guidée par la question du juste, du meilleur et du légitime ? Est ce cette finalité que les hommes ont voulu façonner en mettant en place une constitution, des règles et des lois ? Est ce que la Politique est elle suffisante à assurer la paix et la sécurité dans la Cité ? En ce cas, pourquoi est ce qu'on assiste à des guerres, des divergences d'opinions, des oppositions, entre les différents

en relation

  • philosophie
    13095 mots | 53 pages
  • La philosophie
    12822 mots | 52 pages
  • La philosophie
    168071 mots | 673 pages
  • La Philosophie
    1085 mots | 5 pages
  • Philosophie
    677 mots | 3 pages
  • Philosophie
    369 mots | 2 pages
  • la philosophie
    568 mots | 3 pages
  • Philosophie
    569 mots | 3 pages
  • Philosophie
    8405 mots | 34 pages
  • Philosophie
    959 mots | 4 pages