Pluralité

Pages: 10 (2481 mots) Publié le: 21 avril 2010
CORRIGE: L' Etat est-il l'ennemi de la liberté

La question s'est souvent posée, spécialement aux philosophes de savoir pourquoi les hommes s'étaient regroupés en sociétés. Platon y a répondu, en invoquant des raisons essentiellement économiques; Hobbes également ou encore Rousseau dans Du Contrat Social. Mais, outre cet interrogatoire dont la réalisation pratique est certaine ( rares sont eneffet les ermites), la question est également de savoir quelles ont pu être les conséquences de ce regroupement, particulièrement sur ce qui semble être un caractère proprement humain à savoir la liberté. Quel a donc été le devenir de cette dernière lors de la formation de l'Etat? Celui-ci est-il l'ennemi de la liberté, c'est-à-dire l'inhibe-t-il? Quel sens donner alors à la liberté dans cecontexte pour éclairer la question? Ne faut-il pas non plus distinguer entre plusieurs Etats qui définiraient alors chacun la possibilité ou non de la liberté?
Il apparaîtra ainsi au premier abord que la liberté ne peut se développer dans l'Etat, telle est la position de l'opinion commune mais également celle des peuples vivant dans un état autoritaire ou totalitaire. Toutefois, ne faut-il pascritiquer cette thèse à certains points de vue ( celui de l'opinion commune en particulier ) pour jeter alors les bases d'une liberté qui ne trouve sa réalisation pleine et certaine que dans l'Etat?

L' Etat semble donc être en premier lieu l'élément qui empêche la liberté humaine de s'exprimer. Qu'est-ce d'abord que l'Etat?
Celui-ci est constitué de tous les hommes, pris individuellement comme despersonnes qui, unies, ont ainsi formé un groupe, comme un corps. L'Etat a alors institué des lois positives c'est-à-dire des lois écrites, sans pour autant nier la réalité des lois morales, présentes en chaque homme mais non explicitement exprimées. Ainsi l'Etat est-il une sorte de conscience commune du corps des hommes.
C'est vraisemblablement cette définition qui heurte l'opinion commune etlui fait considérer l'Etat comme un carcan. En effet, à la question "Qu'est-ce que la liberté", nous répondons massivement et spontanément qu'elle est notre pouvoir d'agir à notre guise, selon nos humeurs, sans être confrontés à des limites, matérielles, judiciaires ou autres. Dans la liberté, rien ne doit dès lors entraver mon action, ma décision. Immédiatement alors, les lois instituées par l'Etatrestreignent ma liberté puisqu'elles sont un cadre à l'intérieur duquel je dois agir: ma sphère d'activité est donc limitée et ma liberté finie. On peut ici se demander si cette liberté en est alors toujours une. Ainsi, Rousseau écrit dans son Contrat Social que "l'homme est né libre et partout il est dans les fers". Dans une première interprétation, il semble bien que l'homme soit privé, dans lasociété soumise à l'Etat, de sa liberté, dont il était en revanche pleinement possesseur dans l'état de nature. L'Etat apparaît donc comme une limite à la liberté humaine.
Dans le même ordre d'idée, l'Etat implique évidemment la présence d'autrui. Dès lors, c'est autrui lui-même, perçu aussi bien en tant que personne unique, discernable qu'en tant d'individu noyé dans le nombre qui me limite:il est l'horizon invincible de toutes mes actions: toujours là pour me juger, m'empêcher d'accomplir ce que je voudrais, me freiner... Autrui est donc dans un premier temps perçu négativement. N'est-ce pas la tendance actuelle avec le regain de l'individualisme! Dans nos sociétés industrialisées particulièrement, est menée une âpre guerre pour soi-même, constitutive même de l'oubli d'autrui: onveut faire disparaître ce dernier et exister seul, sans l'intervention d'un quelconque autre individu. Il en résulte alors l'éclatement de l'Etat, c'est-à-dire la séparation des individus, non forcément de la personne car celle-ci n'existe justement que si elle est reconnue par autrui, par un autre "je". C'est la raison pour laquelle elle a aujourd'hui tendance à abdiquer devant l'individu qui...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La pluralité des cultures
  • pluralité des médias
  • Pluralité des culture
  • Pluralité culturel
  • La pluralité linguistique
  • La pluralité de faits
  • Pluraliter des culture
  • La pluralite a l'universite de maurice

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !