Principes de logique

752 mots 4 pages
Principes de logique : examen maison 1

Question 1
Un tout universel dont la tortue luth peut être considérée être une partie subjective serait : vertébré. Nous pouvons dire de la tortue luth qu’elle est un vertébré, c’est ce qu’il faut se demander si le tout universel « vertébré » peut se dire de sa partie subjective « la tortue luth ».

Cette partie subjective qu’est la tortue luth est une partie subjective singulière. Ici, « la tortue luth » ne devient le tout universel de rien du tout. Elle ne peut se diviser en d’autres parties, voilà pourquoi elle est singulière.

Question 2
Voici les cinq parties intégrales du tout intégral divisible qu’est « la tortue luth » : carapace, nageoires, coup, tête et système digestif. Nous pouvons reconnaitre les parties intégrales au fait qu’on ne peut pas dire de chacune des parties intégrales qu’elle est le tout intégral, donc la tortue luth. Ces parties intégrales entrent plutôt, dans la constitution de la tortue luth. Comme exemple : on ne peut pas dire que la carapace est la tortue luth ni que le coup est la tortue luth.

Il est ici question de « partie intégrale en tant que telle » pour chacune des cinq parties. Dans notre livre de référence il est bien expliqué le pourquoi de cela. Il est dit : « une chose est une partie intégrale en tant que telle si sa participation au tout fait partie de son essence, si elle est définie en tant que partie de ce tout ». En conséquence, la carapace, les nageoires, le coup, la tête et le système digestif font partie de l’essence de l’être vivant qu’est la tortue luth.

Question 3 * Tu as une toute petite tortue dans ton beau grand aquarium. * Ayant mis leurs boucliers sur leurs têtes, ils s'avancèrent ainsi en tortue, sans que ni les traits ni les tuiles pussent leur nuire en aucune façon (ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. VIII, p. 317)

Dans ces deux phrases, le mot « tortue » veut dire des choses essentiellement différentes, dons des objets de pensées distincts.

en relation

  • Sans domiciles fixes de la rupture a l’errance : un accueil impossible ? la sdat : du principe d’accueil a une logique d’action
    27541 mots | 111 pages
  • La raison et le réel
    6318 mots | 26 pages
  • Sanctions à l'école
    3888 mots | 16 pages
  • Y a t'il des limites a la démonstrations?
    816 mots | 4 pages
  • La raison et le réel
    14938 mots | 60 pages
  • La raison et le réel
    20827 mots | 84 pages
  • Cours sur la démonstration
    1914 mots | 8 pages
  • Objectivité scientifique
    2548 mots | 11 pages
  • philo
    2181 mots | 9 pages
  • Cours décision et complexité
    656 mots | 3 pages