Quant peut-onparler de génie ?

1397 mots 6 pages
Quant peut on parler de génie?

Selon une représentation courante, le génie serai attribué à une intelligence supérieure. Comme les célèbres mathématiciens, chimistes, biologistes ect... Les scientifiques sont reconnus dans cette aptitude intellectuelle et gratifiés par les découvertes qu'elle leur apporte.
Le génie est une faculté innée, singulière et originale de penser. De là, apparait une idée exemplaire. On parle alors de talent ou de don. La nature y donne des règles et attribue cette compétence à diffèrent individus. Les limites générales que la nature pose à l'homme , permettent de qualifié dans quel cas on parle de génie. Cette aptitude élève ainsi un individu au dessus de la moyenne.
Cependant n'y a t-il pas du génie dans d autres domaines ? On sait tout d'abord que l'aspect théorique renferme cette notion. Néanmoins on parle de talent dans l'art aussi. Ainsi on peut réfléchir sur le rôle de la nature dans le génie.

On peut parler de génie dans le domaine pratique. C'est-à-dire quelque chose qui concerne les faits, la réalité.
Étant donné que le domaine de l''action appartient au un sens pratique donc un héros est un génie? Il est vrai que accomplir un acte héroïque amené à dépasser sa peur de mourir. Par conséquent cette action montre une prouesse de l'esprit. On fait abstraction de notre instinct ( sauver sa propre vie) et agissons par morale ou par devoir. C''est une articulation de l'esprit rare ( les « héros » ne sont pas courant ). De plus ils servent d 'exemple, de model pour d'autre. Cependant , l'héroïsme ne cache aucune forme d'originalité puisque celui-ci est déjà définit dans nos sociétés. On a déjà pu observér d'autre actions du même genre au par avant. S'ajoute que les individu faisait acte de courage, de bravoure... sont dicté par des règles morales, divines... Les prophètes que l'on peut associé à des héros ne sont pas des génies. En effet ce ne sont pas la sources des ses décisions mais Dieu. Ce contre exemple prouve que le

en relation

  • Lolf
    52435 mots | 210 pages