Que gagnons nous a vouloir ne pas perdre du temps ?

Pages: 8 (1775 mots) Publié le: 28 avril 2013
Les Hommes semblent s'être toujours attachés à vouloir conjurer ou annuler les effets du temps dont l'irréversibilité même suscite l'angoisse d'une fin plus ou moins proche. Et peut-être est-ce par cette peur du temps qui passe et qui s'écoule inexorablement jusqu'à l'idée de la mort, que le mythe ou même la religion cherchent à réfuter cette irréversibilité à travers divers termes tels que, larésurrection ou bien celui « d'éternité ». A l'instar d'un temps hors du temps : un au-delà. Mais rien n'est éternel, sauf le temps qui est à lui-même son propre moteur.

En cherchant à définir cette notion insaisissable, nous nous rendons compte que le temps est à la fois une puissance extérieure et une réalité objective sur laquelle nous n'avons pas de prise, simplement indiquer par lesaiguilles d'une montre. D'après Bergson, il 'y a rien de commun entre le temps connu par la science, le temps mesurable, quantifiable dans lequel les choses évolues, où nous évoluons et le temps vécu qu'il nomme par opposition « sentiment intérieur de la durée ». Sur le plan de la conscience intime et chacun peut en faire l'expérience, le temps s'allonge ou s'accélère, pèse ou s'oublie en fonction desaléas de la vie, au grès de l'humeur du moment. De ce point de vue donc, ce n'est plus à lui-même que le temps doit sa motricité implacable mais à nous, nous autres les humains qui somment des observateurs dotés de conscience.

Le temps donc, file, s'écoule sans intérruptions. A l'image de l'eau d'une cascade qui jamais ne tarie, ou celle de la terre tournant autour du soleil aussi certain qu'aprèsle jour vient la nuit et qu'il en sera toujours ainsi. Le temps ferait-il finalement parti de ces choses reposant sur la dynamique de l'univers ? Toutefois, bien que pratiquement tous les philosophes y ait déjà réfléchit, le temps reste une vaste étendue de questionnements, d'incertitudes et d'angoisses pour l'homme. Il n'a aucune emprise sur lui, sur son déroulement qui le dirige inexorablementvers la fin de sa vie, jusqu'au moment de sa mort. Il n'y a pas de contingence, pas de déviations, le temps est une ligne droite, il serait donc logique que l'homme ne cherche pas en plus à perdre du temps. Cet adage bien connu nous le rappellent « la vie est trop courte. » et Albert Camus se questionne « Comment faire pour ne pas perdre son temps ? Réponse : L'éprouver dans toute sa longueur. »Serais ce la solution ?
Surgit également, dans cette lutte contre le temps la notion du présent à laquelle le fait de ne pas perdre son temps est étroitement lié, car le passé étant passé, comme dévoré par cette ligne droite qu'est le temps et le futur étant incertain, il ne nous reste que le présent afin d'agir concrètement contre le temps qui passe : en vivant pleinement l'instant présent quinous ait offert peut être ? Mais cela est loin d'être une chose innée chez l'être humain. Alors, d'où vient que nous ne pouvons pas rester présent au même instant présent ?
Que gagnons nous, par gain nous entendons bien sûr l'avantage qui résulte d'une action, finalement à ne pas vouloir perdre du temps ? Et est ce la meilleure façon de l'éprouver, ou ne serais ce qu'une question de choix, depréférences ?





Dans notre société le temps qui passe peut être considéré comme « contre-productif », un handicap, voire même comme l'ennemi du bonheur.
Nous voyons par exemple que vieillir dans le domaine du travail peut être pénalisant, on cherchera à vous remplacer par quelqu'un de plus jeune, car selon le domaine, l'expérience ne concurrence plus face à la rentabilité.Constatons également à quel point les avancées technologiques et l'usage intensif qui est fait des machines dans la production de type industriel à remplacer l'homme. La robotique et l'informatique semblent plus rapides et efficaces dans la production, exemple parfait de l'économie de temps.
Nous pouvons donc nous rendre compte que « Perdre son temps » est une notion purement productiviste....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Perdre son temps est ce le perdre ?
  • Travailler est-ce perdre son temps
  • Peut-on perdre son temps
  • Intro "travailler est ce perdre son temps?"
  • Qu'est ce que perdre son temps?
  • Doit-on parfois perdre son temps
  • L'homme dans le temps: se perdre ou se trouver ?
  • Travailler est ce perdre son temps

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !