Revolution marginaliste

2099 mots 9 pages
Chapitre 3: La révolution marginaliste ou l'économie scientifique.

I. La revue des troupes Stanley Jewons, né à Liverpool en 1835 mort en 1882, une carrière de fonctionnaire sans éclat, une pensée originale, la Théorie d'Economie Politique (1871). Carl Menger, économiste Autrichien (1841-1921), fondateur d'une école de pensée autrichienne (Böhm-Bawerk, Schumpeter), apport de la psychologie, Fondements de l'économie politique (1871).

Léon Walras, né à Evreux en 1834 mort en 1910, formation d'ingénieur qui lui permet de se doter des outils mathématiques, Chaire d'Economie Politique de Lausanne (1860), Eléments d'économie politique pure (1874). Selon Schumpeter, Walras est l'initiateur d'un extraordinaire système d'équilibre économique qui en fait une œuvre véritablement révolutionnaire. Walras est à l'origine de la compréhension de l'équilibre économique et du mouvement des maths dans l'économie. Malgré son génie, Walras n'arrivera pas à fonder une école de pensée à son image. L'auditoire de Walras n'est pas très réceptif à l'économie pure.

II. La théorie de la valeur-utilité

A. Objectif

La théorie classique de la valeur travail stipule qu'un bien a d'autant plus de valeur ( relative) qu'il contient une quantité de travail ( plus ) élevée. Selon Ricardo, la théorie de la valeur travail est valable dans un régime de concurrence pure et parfaite. Les marginaliste rompent avec la théorie de la valeur travail de Ricardo, et les Classiques et Néoclassiques s'accordent cependant pour faire de la concurrence le régime naturel du fonctionnement des marchés. De plus, le Marginalisme n'est pas une arme idéologique de lutte contre le marxisme. Le véritable but de la critique marginaliste est l'abandon de la détermination de la valeur des biens par les conditions techniques et sociales de leur production. La théorie de la valeur travail est insuffisante car elle élimine l'individu (consommateur) de la détermination de la valeur, elle néglige donc

en relation

  • Revolution marginaliste
    3489 mots | 14 pages
  • Le courant néo-classique
    797 mots | 4 pages
  • Economie de marché
    512 mots | 3 pages
  • Peut on parler d'un retour de classes en france
    1878 mots | 8 pages
  • Cours d'économie
    2416 mots | 10 pages
  • Introduction a l'economie generale
    1056 mots | 5 pages
  • Crise
    2391 mots | 10 pages
  • Sociologie economie
    1161 mots | 5 pages
  • Classiques et néoclassiques.
    1373 mots | 6 pages
  • La méthode ensembliste
    800 mots | 4 pages