Roman

270 mots 2 pages
Romans sérieux mettant en scène, sur un fond historique précis, des personnages de tous les milieux, de toutes les classes sociales et de toutes les catégories socio- professionnelles, avec une prédilection pour les personnages issus des basses classes.
Le discours réaliste est un discours persuasif : il cherche à produire l'illusion référentielle. Le récit se veut conforme à la réalité socio-culturelle du lecteur. Il représente des objets, des personnes et des enchaînements stéréotypés et attendus par l'énonciataire. Il renvoie au contexte extra-linguistique. Il multiplie les procédés créateurs d'effet de réel.
Le roman réaliste/naturaliste a un but pédagogique, il doit pouvoir transmettre ce que l'auteur lui-même a appris. Il se caractérise par sa grande densité cognitive(qui permet le connaissance).
Il répond à deux exigences : il se doit à la fois de donner au lecteur des garanties sur la vérité du savoir asserté (affirmer de façon catégorique une vérité qui ne peut être vérifiée ) et, comme roman, de conférer à ce savoir un statut narratif. Les tranches informatives sont intégrées à la narration. Le personnage est délégué. Il assume ce qui, chez Balzac par exemple, était généralement assumé par les intrusions d'auteur.
Le roman réaliste est encore soumis à l'exigence de lisibilité. Il comprend des procédés de désambiguïsation divers : hypotaxe, anaphores, cataphores, rappels, etc. Le lecteur n'est pas en retard sur le personnage. Il possède l'information nécessaire pour pouvoir assurer ses opérations de mémorisation ou d'anticipation.
C'est un roman qui vise des couches de lecteurs plus étendues et moins cultivées que celles touchées par le roman

en relation

  • Le roman
    683 mots | 3 pages
  • Roman
    2311 mots | 10 pages
  • Le roman
    2375 mots | 10 pages
  • Le roman
    1105 mots | 5 pages
  • Le roman
    501 mots | 3 pages
  • Le roman
    1164 mots | 5 pages
  • Roman
    687 mots | 3 pages
  • Le roman
    1702 mots | 7 pages
  • Le roman
    2314 mots | 10 pages
  • Le roman
    4291 mots | 18 pages