Saint-john perse

Pages: 5 (1224 mots) Publié le: 17 janvier 2011
Saint-John Perse

Saint-John Perse, pseudonyme d'Alexis Leger (né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre - mort le 20 septembre 1975 sur la Presqu'île de Giens) est un poète et diplomate français.

Alexis Leger a utilisé d'autres noms de plume comme Alexis Saint-Leger Leger ou Saintleger Leger à partir de 1909/1911. On trouve une multitude d'interprétations quant à ces pseudonymes. Saint-John Perseapparaît pour la première fois en 1924. Pas d'accent à son nom et le diplomate y tenait, de même qu'à la prononciation « Leuger ». De son vivant, il a voulu faire croire que Saint-Leger Leger était son vrai nom et Leger seulement une abréviation, et le volume de ses Œuvres complètes ("son" Pléiade) répète cette fiction.

Fils d'Édouard Pierre Amédée Leger, avocat à Pointe-à-Pitre à partir de1873, et Marie Pauline Françoise Renée Dormoy, fille d'une famille de planteurs, Marie René Auguste Alexis Leger passe son enfance à Pointe-à-Pitre jusqu'en 1899 date à laquelle il suit ses parents à Pau, où il fréquente l'actuel lycée Louis-Barthou, d'ailleurs un autre lycée de la ville porte son nom. Il fait ensuite des études de droit à Bordeaux dès 1904, puis fait son service militaire dansl'infanterie à Pau dès avant la fin de ses études.

Il rencontre assez tôt le poète Francis Jammes, en 1902, qui habite alors à Orthez, lequel le présente notamment à Paul Claudel, avec qui il entretiendra des relations mouvementées. Grâce à Jammes encore, il entre en relation avec André Gide et le milieu de la NRF. Gide et Jacques Rivière le poussent à publier ses premiers poèmes. Les poèmes Imagesà Crusoé puis Éloges paraissent dans La Nouvelle Revue française en 1909 et 1910, puis en recueil sous le titre Éloges en 1911. Valery Larbaud consacre un article très élogieux au recueil dans la revue La Phalange. Ayant réussi au concours des consulats en 1914, il est affecté au service de presse du ministre Delcassé, puis à la Maison de la presse du ministère des Affaires étrangères avant d'êtrenommé secrétaire de la légation française de Pékin où il restera de 1916 à 1921. Remarqué par Aristide Briand, il est nommé à l'administration centrale du ministère en 1922 puis devient en 1925 directeur du cabinet du ministre. En 1933, il est secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, et ce jusqu'en 1940. Sous le pseudonyme de Saint-John Perse, il avait publié en 1925 son recueilAnabase, mais s'astreindra à ne plus rien publier aussi longtemps qu'il sera diplomate.

Fils d'Édouard Pierre Amédée Leger, avocat à Pointe-à-Pitre à partir de 1873, et Marie Pauline Françoise Renée Dormoy, fille d'une famille de planteurs, Marie René Auguste Alexis Leger passe son enfance à Pointe-à-Pitre jusqu'en 1899 date à laquelle il suit ses parents à Pau, où il fréquente l'actuel lycéeLouis-Barthou, d'ailleurs un autre lycée de la ville porte son nom. Il fait ensuite des études de droit à Bordeaux dès 1904, puis fait son service militaire dans l'infanterie à Pau dès avant la fin de ses études.

Il rencontre assez tôt le poète Francis Jammes, en 1902, qui habite alors à Orthez, lequel le présente notamment à Paul Claudel, avec qui il entretiendra des relations mouvementées. Grâceà Jammes encore, il entre en relation avec André Gide et le milieu de la NRF. Gide et Jacques Rivière le poussent à publier ses premiers poèmes. Les poèmes Images à Crusoé puis Éloges paraissent dans La Nouvelle Revue française en 1909 et 1910, puis en recueil sous le titre Éloges en 1911. Valery Larbaud consacre un article très élogieux au recueil dans la revue La Phalange. Ayant réussi auconcours des consulats en 1914, il est affecté au service de presse du ministre Delcassé, puis à la Maison de la presse du ministère des Affaires étrangères avant d'être nommé secrétaire de la légation française de Pékin où il restera de 1916 à 1921. Remarqué par Aristide Briand, il est nommé à l'administration centrale du ministère en 1922 puis devient en 1925 directeur du cabinet du ministre. En...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'enfance chez saint john perse
  • Saint-john perse réinfuse nos mythes
  • Saint-John Perse, Vents, 6
  • Éloges 15 de saint-john perse commentaire composé
  • Commentaire du poème "la ville" du recueil "images à crusoé" de saint-john perse.
  • Exil de saint-john perse à l’entrée de l’ecole normale supérieure
  • Saint John Perse Pour f ter une enfance Eloges 1911
  • Plan détaillé saint john perse, vents i, 4

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !