Satire première

7397 mots 30 pages
de Claude de Néron.
[pic]

Télécharger au format PDF le texte intégral (147k)
Résumé
Dans l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron, Diderot mène une réflexion politique et morale sur le lien social premier, l’amitié, sa pratique et sa reconnaissance, et sur son contraire, la discorde et la trahison. La réapparition de la figure de Rousseau est en ce sens des plus significatives, surtout replacée dans un réseau de textes qui dessinent les enjeux du lien amical et public entre écrivains.
Abstract
Diderot and the name of friend : on the Essai sur les règnes de Claude et de Néron.
In the Essai sur les règnes de Claude et de Néron, Diderot provides a political and moral reflection on friendship, the first social bond, its practice and recognition, and on discord and treason, its opposites. Seen from this angle,the reappearance of Rousseau is highly significative, particularly when it is studied within a network of texts that reveal the implications of the public bond of friendship between writers.
Accès au texte intégral
Texte intégral en libre accès disponible depuis le 14 septembre 2009.
Plan
Loisir et bienfaisance
Bienfaisance et secret
Immortalité et reconnaissance publique
Le nom d’ami
Texte intégral
Comme je fais un long voyage et que j’ignore ce que le sort me prépare, s’il arrivait qu’il disposât de ma vie, je recommande à ma femme et à mes enfants de remettre mes manuscrits à M. Naigeon qui aura [ ... ] le soin d’arranger, de revoir, et de publier tout ce qui lui paraîtra ne devoir nuire ni à ma mémoire ni à la tranquillité de personne. Diderot, 3 juin 1773
Les quelques remarques qui suivent s’inscrivent dans une lecture de l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron comme une des réflexions politiques majeures de Diderot sur la guerre civile et sur la concorde ; on s’en tiendra ici à un seul aspect de cette réflexion, l’attention portée à « ce qui serre les hommes », c’est-à-dire à la nature du lien social premier au sortir de la

en relation

  • Né à paris, le 1er novembre 1636. il fut appelé despréaux tant que vécut son frère aîné, l'académicien gilles boileau avec qui il fut presque toujours brouillé. il lut ses premières satires à l'hôtel de rambouillet et
    369 mots | 2 pages
  • fable
    574 mots | 3 pages
  • Commentaire de texte - lettres xxx des lettres persanes
    683 mots | 3 pages
  • Nicolas Boileau
    353 mots | 2 pages
  • Les lettres persannes
    1713 mots | 7 pages
  • Satire
    626 mots | 3 pages
  • Jean de la fontaine les obsèques de la lionne
    1748 mots | 7 pages
  • Commentaire de a la musique de rimbaud
    321 mots | 2 pages
  • Diderot
    1116 mots | 5 pages
  • Biographie nicolas boileau
    624 mots | 3 pages