Sciences politiques modernes

2550 mots 11 pages
Chapitre II :
Sciences politiques modernes et républicanisme chez SPINOZA et MACHIAVEL.

1 : Permanence de l’idée du pouvoir absolu.

A : Héritage médiéval : le pouvoir absolu est basé sur le droit divin (théocratie).

L’autorité politique est installée par le monarque, le représentant de la présence divine sur terre. Il détient donc une autorité divine sur le peuple et l’Etat. Il est appuyé par l’Eglise et son autorité ainsi que sa capacité d’action sont illimitées.

B : Conception moderne : le pouvoir absolu est basé sur :

• Pour Machiavel, l’Etat a besoin de souveraineté, d’un certain monopole de force. Si les forces sont multiples et donc divisées, cela mène toujours à des guerres civiles et des conflits armés. (Il expliquera ce pouvoir sans limite du Prince par son monopole de force dans ses ouvrages.) • Théorie de la souveraineté indivisible selon Bodin. • Contrat de soumission pour Hobbes. Il est rationnel de se soumettre à l’autorité étatique. • Contrat social pour Rousseau : le peuple est souverain.

2 : Théorie et méthode de méthode de Machiavel :

A : Contexte historique.

Il faut d’abord replacer Machiavel dans le contexte de la crise de la République de Florence. Cette cité était en voie de passer de la République au Principat (Médicis). Les Etats italiens étaient alors en pleine guerre civile.

Machiavel, est secrétaire d’état de la république de Florence jusqu’en 1512. Il a été destitué, incarcéré, torturé et exilé par les Médicis qui ont réintroduit la monarchie. C’est durant son exil qu’il a écrit ses œuvres politiques majeures :

- Discours sur les premiers dix livres de TITE LIVE en 1513
- LE PRINCE 1513
- Histoire de Florence en 1520
- De l’art de la guerre en 1521

B : Les dix livres de TITE-LIVE :

Les théories sur les premiers dix livres de Tite-Live défendent la conception républicaine du pouvoir c’est-à-dire la liberté collective et la vertu des citoyens ainsi qu’un gouvernement mixte

en relation

  • Le savant et le politique - max weber
    4364 mots | 18 pages
  • Classiques et modernes dans l'enseignement en france au xix siècle
    3042 mots | 13 pages
  • Peut-on encore philosopher en politique
    3481 mots | 14 pages
  • SCIENCE POLITIQUE
    1784 mots | 8 pages
  • Fiche de philosophie l'apport des lumières
    1687 mots | 7 pages
  • La politique est-elle une technique
    2814 mots | 12 pages
  • Droit
    5390 mots | 22 pages
  • Histoire de la pensée
    6149 mots | 25 pages
  • Pierre manent ; cours familiers de philosophie politique, chapitres 1, 2, 3, 4, 5.
    9497 mots | 38 pages
  • Sciences politiques
    7716 mots | 31 pages