Spinaza

Pages: 12 (2933 mots) Publié le: 10 janvier 2013
Suite Spinoza
II La religion superstitieuse et la connaissance du 1er genre
A/ Critique de l’imagination naturelle
Certes Spinoza fustige la religion, qu’il qualifie de « puérils inepties » ou de « délires de l’imagination ». Et pourtant, même à ceux premier niveau critique de l’imagination aberrante, sa position reste originale par rapport à celle des rationalistes, qu’ils n y voient que lapuissance de combiner des perceptions sensibles : « la folle du logis » (Malebranche).
Or selon Spinoza, l’imagination qui fournit à la religion ses représentations les plus étranges (divinité anthropomorphique, présages, miracle) est ce 1er stade de la connaissance fait d’expériences vagues, affectives, non critiqués. Cette religion « superstitieuse » outre passe les conclusions de la raison,elle traduit en nous l’ordre des affections du corps, ce qui explique la connaissance confuse qu’il fournit.
Spinoza à ce niveau ne se contente pas de dévaloriser à ce niveau l’imagination « corporelle » comme Descartes. Selon lui il n’y a pas de dualité entre l’âme et le corps. L’Homme est tout entier corps et tout entier âme : « l’âme et le corps sont une seule et même chose conçu tantôt soul’attribut de la pensée tantôt sous celui de l’étendue » (Ethique III).
Si donc l’imagination traduit la confusion de nos perceptions, elle traduit en même temps la confusion et la fluctuation de nos désirs. Or l’essence de l’Homme est le désir. Il exprime le mouvement spontané du conatus ou « l’effort pour préserver dans l’être » (Ethique III). Au niveau de la connaissance spontanée du monde et desautres, les Hommes ont des désirs modérés car ils ne se connaissent pas encore comme du tout de la nature.
Ils construisent donc des représentations vaines, en particulier à propos du temps. Ils se savent mortels, mais ils ont peur de la mort et désirent l’immortalité. Or comme à ce faible niveau de connaissances ils sont incapables d’étudier la nature selon les relations et ses causes, ilssont condamnés à « l’espoir et la crainte », à « croire n’importe quoi » (Préface)
Ils subissent une passion née de leur ignorance « Les Hommes se croient libres parce qu’ils sont conscients de leurs désirs mais ignorants des causes qui les déterminent. » (Ethique II). Mais elle est renforcée par la peur du hasard et le malheur décuple cette peur. Soucieux de comprendre, les Hommes construisent uneconception finaliste du monde, qui ne manifeste que leur anthropomorphisme, ils voient la nature comme douée des mêmes désirs et volonté qu’eux et comme soumise à leurs désirs, et à leurs volontés. Tout dans la nature devient un moyen pour les satisfaire. Mais comme ils rencontrent la souffrance et le mal, ils ont des représentations délirantes de divinité vengeresse et des histoires depéchés qui développent en eux des passions tristes comme la peur, la culpabilité et le remords.
B/ Critique de l’imaginaire social
S’il e restait à ce stade primitif, cette imagination superstitieuse ne serait dangereuse que pour l’individu. Le problème c’est que cette connaissance vague du premier genre est imposé par l’autorité de chefs religieux politiques qui utilisent habilement la crainte etmanipulent l’inconstance humaine en faisant croire que leur pouvoir est sacré « une majesté souveraine paraît agir injustement contre ses sujets […] quand elle veut prescrire à chacun […] quelles opinions doivent émouvoir son âme de dévotion de Dieu » (paragraphe 1)
La religion à ce premier niveau est donc une donnée historique et culturelle aussi fluctuante que les peuples qui l’ont engendré cequi explique qu’elle ait pu prêcher l’amour et la haine. Spi se réfère ici implicitement aux luttes en Hollande au saint même du calvinisme entre les remontrants et les contre remontrants (paragraphe 6)
Les remontrants arminiens sont les disciples d’Arminius, un théologien protestant. Ils avaient présentés en 1610 une « remontrance » (contestation) contestant les thèses calvinistes de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !