Spinoza tiré du traité théologico-politique

1638 mots 7 pages
Introduction
Ce texte de Spinoza tiré du traité théologico-politique a pour thème la liberté. On pourrait être amené à penser que l’esclave est celui qui obéit à autrui et que l’homme libre est celui qui fait entièrement ce qui lui plait. Mais l’obéissance est-elle nécessairement exclusive de la liberté et être libre est-ce faire tout ce qui nous plait ? Spinoza nous démontre ici le contraire en allant à l’encontre de l’opinion commune, en effet il fait d’abord la critique de la première opinion publique car selon lui n’est libre que celui qui agit selon la nécessité de la nature donc l’homme n’est libre que lorsqu’il fait usage de sa raison, c’est à dire lorsqu’il pense ou agit en vue d’atteindre ce qui lui est utile c'est-à-dire bénéfique. Quand à la critique de la seconde opinion commune : Spinoza s’attarde plus sur la relation entre liberté et obéissance qui peuvent parfois être ambigüe voir même contradictoire. Parle t’on d’obéissance-liberté ou obéissance-servitude ? Nous verrons dans un premier moment comment Spinoza nous détourne de l’opinion commune en critiquant deux aspects différents de la liberté puis dans un deuxième moment nous mettrons en valeur la modernité de texte. Désobéir aux lois est-ce véritablement être libre ?

1/ Partie explicative
Dans la première phrase, « On pense que l’esclave est celui qui agit par commandement et l’homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. » Spinoza expose l’opinion commune selon laquelle l’esclave est l’homme qui est totalement soumis aux ordres d’autrui. L’esclave c’est donc celui dont les actions sont contraintes. L’homme libre se définit donc par opposition comme l’homme qui fait ce qui lui plaît, « qui agit selon son plaisir » c’est donc celui qui n’agit que du point de vue ou de la satisfaction qu’il espère retirer de son action. Autrement dit l’homme libre ici désire ou veut son action.
Ainsi pour l’opinion commune la liberté c’est l’indépendance de la volonté qui pousse l’individu à

en relation

  • Politique
    5033 mots | 21 pages
  • Spinoza est-il fou ?
    1375 mots | 6 pages
  • Spinoza
    8929 mots | 36 pages
  • Texte de spinoza
    2655 mots | 11 pages
  • Commentaire de texte - traité théologico politique de spinoza
    1268 mots | 6 pages
  • Spinoza biographie
    3072 mots | 13 pages
  • Spinoza
    3535 mots | 15 pages
  • Bibliographie spinoza
    4278 mots | 18 pages
  • Spinoza, traité théologico-politique
    1087 mots | 5 pages
  • Commentaire de texte, spinoza, traité théologico-politique.
    1523 mots | 7 pages