Synthese

464 mots 2 pages
Synthèse des documents
Nous étudierons quatre documents qui s’interrogent sur le droit de rire de tout. Le premier document, est un article du magazine écrit par Pierre Siankowski « Label France no 56 » publié en octobre-décembre. Le second document est un discours prononcé par Charles Beer en juin 2005. Ensuite, le troisiéme document est l’extrait d’un essaie littéraire de Jonathan Swift intitulé « Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leurs pays et pour les rendre utiles au publique, 1729». Enfın le dernier document est un dessin de Charlie-hebdo publié en 2006. Nous allons voir si il est possible de rire de tout ? Si oui ou non et à quelles conditions ? Dans la 1ère partie, nous allons voir les conditions pour pouvoir rire de tout. Dans une seconde partie, nous allons parler de la distinction entre ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas. Enfin nous allons aborder le fait que les hommes aient le besoin de rire.
On peut voir que l’on ne peut pas rire de tout sans raison. Comme tout, rire de quelque chose, doit avoir un sens ou une raison. L’une des raisons les plus importantes, c’est le choix de la personne avec laquelle on rit. Donc il ne faut pas rire avec n’importe qui. Le temps et le lieu sont aussi très importants car nous devons respecter l’instant et le lieu où nous pouvons rire.
Il ne faut pas non plus rire pour stigmatiser ou pour humilier car il y en a qui peuvent se sentir blessé et d’autres encore peuvent trouver cela drôle. Dans ce cas là, il faut faire attention à distinguer ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas. De plus, si on n’est pas drôle, on peut être mal vue par les autres. Du coup, il faut savoir rire de tout.
On doit se poser aussi une question importante. Ai-je du talent pour pouvoir rire de tout? Parce que si on n’a pas ce talent, les autres peuvent nous rejettez et on ne sera pas considéré comme quelqu’un de drôle. On peut donc rire de tout à condition que tout le monde

en relation

  • synthèse
    1329 mots | 6 pages
  • Synthèse
    1399 mots | 6 pages
  • Synthèse
    345 mots | 2 pages
  • synthese
    2249 mots | 9 pages
  • Synthese
    320 mots | 2 pages
  • La synthése
    692 mots | 3 pages
  • Synthese
    830 mots | 4 pages
  • Synthèse
    849 mots | 4 pages
  • synthese
    345 mots | 2 pages
  • Synthèse
    2522 mots | 11 pages