Taylorisme est-il mort?

4838 mots 20 pages
{O39} THEUREAU J. (1999) Cours des UV SC 23 (Théories et méthodes d’analyse de l’action & ingénierie) et SH 12 (Anthropologie cognitive & ingénierie), UTC/SHT, Compiègne (346 p.) (nouvelle édition remaniée) COURS 1

MODULE 1: DE TAYLOR AU NEO-TAYLORISME COGNITIF: A QUELLES CONDITIONS PEUT-ON DEPASSER LE TAYLORISME? Introduction générale Ce module 1 traite du passé ou plutôt, d’une part d’un passé qui s’accroche à nous, d’autre part d’un passé que les modes successives ont tendance à occulter. Commençons par le premier aspect. Dans le cours 1, nous reviendrons sur Taylor et le taylorisme qui ont modelé l’industrie moderne. Dans le cours 2, nous verrons les limites de la psychologie cognitive de première génération, celle qui a été inaugurée par le retentissement qu’a eu l’ouvrage de Newell & Simon (1972). Dans le cours 3, nous verrons comment ces limites ont abouti, en ce qui concerne le travail et la pratique, à un néo-taylorisme cognitif, c’est-à-dire à un dépassement du taylorisme qui se situe plus dans le vocabulaire que dans les concepts et méthodes. Dans le même mouvement, nous examinerons le second aspect: la rigueur empirique de Taylor et les innovations épistémologiques oubliées de Simon.

COURS 1: RETOUR A L’ORIGINE 1: TAYLOR (1911) Pour préciser ce que peut être une anthropologie cognitive des situations modernes et l’intégration de celle-ci à l’art de l’ingénieur, le mieux (et même le nécessaire) est de revenir à la naissance de la « science du travail », c’est-à-dire à Frederick Winslow Taylor, un ingénieur mécanicien nordaméricain. Vous avez certainement entendu parler du « taylorisme », que l’on associe de façon en partie exacte et en partie inexacte au travail à la chaîne dans l’industrie, et dont on signale périodiquement la disparition dans la presse, en même temps d’ailleurs que celle du travail lui-même. En fait, si Taylor a jeté les bases méthodologiques de l’invention de la chaîne de production, cette dernière est plutôt le fait de Henry

en relation

  • Le taylorisme est-il mort?
    997 mots | 4 pages
  • Le taylorisme est il mort?
    383 mots | 2 pages
  • Le taylorisme est-il mort?
    1683 mots | 7 pages
  • Le taylorisme est-il mort ?
    838 mots | 4 pages
  • Le taylorisme n'est pas mort
    837 mots | 4 pages
  • Le taylorisme, nouvelles formes d'organisations
    2234 mots | 9 pages
  • droit des entreprises en difficultés
    1339 mots | 6 pages
  • L'organisation du travail est-elle toujours tayloriste
    2748 mots | 11 pages
  • Le taylorisme
    2649 mots | 11 pages
  • Le taylorisme
    5009 mots | 21 pages