Terrorisme et justice quelques vérités premières

1880 mots 8 pages
Noam Chomsky, professeur émérite de linguistique au MIT, est un intellectuel engagé qui s’est fait connaître internationalement pour son analyse critique de la politique étrangère étatsunienne et des médias de masse. Quelques vérités premières sur le terrorisme et la signification de justice proposent quelques évidences. La première suppose que les actes s’évaluent en fonction de l’éventail de leurs effets probables. La seconde est le principe d’universalité : à savoir si nous appliquons les mêmes normes qu’aux autres. Ces deux principes sont aussi les fondements de la guerre juste. Selon un manuel de l’armée de terre des États-Unis, le terrorisme est « l’usage de la violence ou de la menace de la violence pour l’atteinte d’objectifs de nature politique, religieuse ou idéologique, par l’intimidation ou en inspirant la peur ». Celle de l’État Britannique est aussi très semblable. Les définitions du terrorisme sont pratiquement impossibles à distinguer de celles du contre-terrorisme. Mais le contre-terrorisme est une politique officielle des États-Unis malgré qu’ils puissent être de chauds partisans du terrorisme. Pour les États, baptiser leur propre terreur « contre-terrorisme » est une tradition. Même les pires exterminateurs nazis l’ont fait. Ils prétendaient défendre la population et les gouvernements légitimes contre ces terroristes soutenus par l’étranger.
Toutes les définitions officielles ne tracent pas de frontière nette entre terrorisme international et agression, ou entre terrorisme et résistance. Voyons la distinction entre terrorisme et résistance. L’une des questions porte sur la légitimité des actes visant à réaliser le droit à l’autodétermination, à la liberté et à l’indépendance des peuples privés de ce droit par la force. Il est évident que les États-Unis et Israël ne pouvaient cautionner la résistance de l’Amérique du Sud à l’Apartheid dirigée par le groupe ANC de Mandela. Les États-Unis et Israël ont été les seuls pays du monde à nier que les

en relation

  • camus
    16362 mots | 66 pages
  • Rupture entre sartre et camus
    6197 mots | 25 pages
  • Discours de robert badinter sur la peine de mort
    8648 mots | 35 pages
  • Le discours de suède albert camus
    5343 mots | 22 pages
  • Expos Interception Des Appels T L Phoniques
    2723 mots | 11 pages
  • Momo le dockument
    1048 mots | 5 pages
  • La criminologie
    7405 mots | 30 pages
  • Mémoire
    30312 mots | 122 pages
  • Le sens de l'engagement
    3353 mots | 14 pages
  • Les justes
    2047 mots | 9 pages