Tzvetan todorov, « la notion de littérature », in la notion de littérature et autres essais, 1971, coll. « points seuil », 1987, p. 9-26.

810 mots 4 pages
Tzvetan Todorov, « La notion de littérature », in La Notion de littérature et autres essais, 1971, coll. « Points Seuil », 1987, p. 9-26. | | • Recherche sur l’auteur

Tzvetan Todorov (né en 1939), linguiste, théoricien de la littérature et écrivain français d’origine bulgare.
Né à Sofia, familiarisé très tôt avec les formalistes russes (on désigne sous le nom de formalisme russe une école de linguistes et de théoriciens de la littérature qui, de 1914 à 1930, révolutionna le domaine de la critique littéraire en lui donnant un cadre et une méthodologie novatrice) dont il sera le traducteur et l’un des plus fervents disciples, Tzvetan Todorov est conduit dans ses recherches à utiliser la grammaire et la linguistique structurale comme modèles pour l’étude du texte littéraire, se fondant sur la similitude entre ce texte et les éléments constitutifs du discours (noms, verbes, adjectifs). Cette analyse structurale du récit cherche à montrer que le récit littéraire, qui n’exprime pas seulement un rapport à la réalité, est régi par ses propres lois. L’analyse du texte littéraire ainsi menée permet de découvrir ce qui lui est spécifique. Si Todorov propose une théorie pratique d’analyse du fait littéraire, il ne s’interdit pas cependant de voir dans la littérature quelque chose qui lui est irréductible.
A partir de la fin des années 1970, délaissant progressivement l’approche strictement structurale, Todorov diversifie sa production, intégrant l’histoire des idées à sa réflexion. Il dépasse l’étude du seul texte littéraire pour embrasser l’histoire de la pensée, de l’art et de la culture ainsi que la réflexion morale.
Tzvetan Todorov est directeur de recherches au CNRS.

(Source : "Todorov, Tzvetan" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2009)

• Sujet et thèse du texte

Chapitre sur la notion de littérature – Tzvetan Todorov met en doute la légitimité de la notion de littérature. Dans ce chapitre, il met en évidence l’ambiguïté qu’englobe le mot

en relation

  • Camus la peste
    8555 mots | 35 pages
  • document
    8723 mots | 35 pages
  • lecture suivie la reine de beauté
    5916 mots | 24 pages
  • La représentation terroriste
    40677 mots | 163 pages
  • Cabila
    41900 mots | 168 pages
  • Hassan farhy
    104480 mots | 418 pages
  • Camara Laye
    21664 mots | 87 pages
  • Litterature comparée
    76305 mots | 306 pages
  • Cultures Et Litt Ratures Aux Suds
    155023 mots | 621 pages
  • Litterature
    99941 mots | 400 pages