Un lddf

412 mots 2 pages
L’extrait proposé ici est l’incipit du roman, il évoque la marche des cinq condamnés vers ce qui semble une mort assurée. De quelle manière les informations données petit à petit permettent de susciter une attente marquée par l’émotion, suggérant l’horreur en marche?

Nous étudierons dans un premier temps de quelle manière Japrisot crée un effet d’attente, en délivrant progressivement les informations importantes, avant de voir que s’amorce déjà la dénonciation de la guerre. En fin nous montrerons que contrairement à ce qui pourrait sembler, ce texte est bien un incipit, le début d’un roman, et non la fin d’une histoire.

I C’est en distillant très progressivement les informations nécessaires à la compréhension que Sébastien Japrisot suscite l’intérêt chez son lecteur.

A cet égard, il joue très habilement sur le changement des points de vue. Il alterne ainsi des moments en focalisation externe (le narrateur en sait moins que le personnage): “L’un suivant l’autre et peinant à chaque pas, ils allaient tous les cinq vers les premières lignes, les bras liés dans le dos“, “Le 2124 avançait dans les boyaux en arrachant, pas après pas, ses jambes de la boue, et parfois l’un des bonhommes l’aidait en le tirant par la manche de sa vieille capote, changeant son fusil d’épaule, le tirant par le drap de sa capote raidie, sans un mot, l’aidant à soulever une jambe après l’autre hors de la boue”, avec d’autres passages où il manifeste son statut de narrateur omniscient: “Le premier, jadis aventureux et gai, portait à son cou le numéro 2124 d’un bureau de recrutement de la Seine. Il avait des bottes à ses pieds, prises à un Allemand“. Si la focalisation externe fait naître la curiosité, la focalisation zéro donne des réponses, mais encore assez partielles, ce qui alimente le suspens.

Quelles sont donc les informations qui nous sont données? La guerre apparaît dès la première phrase, dans un effet de contraste: “Il était une fois cinq soldats français qui faisaient la

en relation

  • Promulgation du code de la famille le 3 février
    1019 mots | 5 pages
  • Le celibat au maroc
    1214 mots | 5 pages
  • Le droit de la famille au maroc
    2177 mots | 9 pages
  • Le mariage des jeunes filles mineures au mroc
    8605 mots | 35 pages
  • Fondation au maroc
    4257 mots | 18 pages
  • Droits_fonciers_des_femmes_EE4
    14908 mots | 60 pages
  • Memoire mariage des jeunes filles au maroc
    8237 mots | 33 pages
  • Réforme de la moudawana
    46250 mots | 185 pages
  • Développement durable
    169216 mots | 677 pages
  • Mouvement des femmes au maroc
    10129 mots | 41 pages