Une théorie peut-elle être à la fois preovisoire et vraie ?

3534 mots 15 pages
UNE THEORIE SCIENTIFIQUE PEUT-ELLE ETRE A LA FOIS PROVISOIRE ET VRAIE ?
TS 1- 2004- G. Gastaud, sujet d’épistémologie

Le savoir scientifique est l’illustration par excellence de l’idée de progrès, c’est-à-dire d’un changement historique constamment orienté vers le mieux. Pourtant l’accumulation des connaissances scientifiques ne procède pas seulement, ni même principalement par addition. Il existe des révolutions scientifiques qui détruisent les théories jusqu’alors admises. Les théories scientifiques, ces ensembles de concepts rigoureusement liés entre eux par les mathématiques et globalement articulés au réel par l’expérimentation, sont périssables ; si bien que paradoxalement, la science, constituée pour répondre à l’exigence de certitude par la démonstration, ouvre une brèche au scepticisme et au relativisme. Si toute théorie scientifique n’a qu’une valeur passagère, peut-elle prétendre sans contradiction à l’épithète de « scientifique » ? Une théorie scientifique peut-elle donc sans contradiction être à la fois qualifiée de « vraie » et de « provisoire » ?
Pour donner une signification non-sceptique à l’idée de progrès scientifique, il nous faut donc tenter d’associer dialectiquement deux notions qui semblent radicalement antagoniques : comment concilier l’universalité du vrai, qui implique son invariance par rapport au temps, et l’idée de temps, qui implique qu’une théorie puisse changer, comme toute réalité naturelle ou historique ? L’enjeu est également d’éviter de concevoir la science de manière dogmatique, comme une réalité figée et irréfutable. Comment en somme le progrès scientifique peut-il se faufiler entre d’une part, le scepticisme et le relativisme, qui anéantissent l’idée de vérité, et le dogmatisme, qui tue la recherche sous prétexte de sauver la vérité ?
Après avoir examiné l’idée que les théories scientifiques sont soit vraies donc éternelles, soit provisoires et sans vérité, nous examinerons comment elles peuvent s’approcher sans cesse

en relation