L'altérité est-elle encore possible aujourd'hui?

Pages: 7 (1528 mots) Publié le: 4 avril 2011
Le texte à étudier est issu de « une difficulté de la psychanalyse». Il est issu de l’œuvre de Freud Essais de Psychanalyse appliquée publiée en 1 917. Dans ce texte, il est question du psychisme et de la conscience, de savoir si le psychisme est le tout de la conscience ou s’il y a autre chose. D’après Freud, le psychisme ne coïncide pas avec ce dont on est conscient. Le principe de sonargumentation est l’hypothèse de l’inconscient. Freud cherche ici à légitimer la psychanalyse, or la « science de l’inconscient » se heurte à une double hostilité : celle de la tradition médicale et celle de la tradition philosophique issue de Descartes. Quel est l’objet d’étude de la psychanalyse et en quoi est-elle légitime ?

Dans le début du texte, Freud montre déjà que l’on ne sait pas ce qui sepasse dans notre psychique, que l’on n’est pas conscient de toute notre activité psychique. La première phrase est l’énoncé de la thèse.
En effet, Freud dit : « Le psychique ne coïncide pas en toi avec le conscient. Qu’une chose se passe dans ton âme ou que tu en sois de plus averti, voilà qui n’est pas la même chose ». Par la première partie de la phrase, il veut dire que le psychique et leconscient ne forment pas qu’un mais que le conscient n’est qu’une partie ( infime ) du psychique en nous. Dans la seconde partie de la phrase, il insiste sur le fait que tout ce que produit l’activité psychique n’est pas forcément perçu par la conscience mais que l’on en est « par ailleurs informé », c’est-à-dire par les maladies d’une part puis par la psychanalyse d’autre part. L’idée de l’auteurest qu’il existe dans notre psychique deux « parties » différentes : le conscient et l’inconscient psychique ; l’inconscient s’exprimant par ses effets : les maladies, les lapsus, les rêves, la névrose, la psychose… Selon lui, le moyen de remonter de ces effets à leur cause(s) est la psychanalyse.
Cette première étape nous amène à nous poser la question suivante : peut-on se contenter desinformations que nous apporte notre conscience ?

Dans la suite du texte, Freud montre clairement sa position en utilisant l’ironie après une première phrase de concession : « A l’ordinaire, j’en conviens, le service d’information fait à ta conscience peut suffire à tes besoins ». Dans cette seconde étape, on retrouve les principaux arguments de Freud. Par cette phrase de concession, il veut dire quede façon générale, les informations desservies par la conscience sont suffisantes pour répondre à nos besoins vitaux. Or, pour la phrase qui suit et surtout par l’expression « Tu peux te bercer de l’illusion », il montre toute son ironie et donc sa position. Par cette phrase, il veut dire que l’on peut vire en pensant que l’on sait tout ce qui est important, tout ce qui est à savoir. Par la suite,Freud revient sur la précédente concession : « Mais dans bien des cas, par exemple lors de ces conflits instinctuels, il te fait faux bond, et alors ta volonté ne va pas plus loin que ton savoir », il veut dire par ici que si l’on admet que la conscience correspond au psychisme, alors on ne peut expliquer ce qui se passe lors d’un conflit pulsionnel, de toute maladie mentale ou d’un rêve… Dansces cas-là, notre volonté ne peut rien et se limite à ce dont on est déjà conscient ( « au savoir » ). La pulsion ne vient donc pas de la conscience. Elle vient donc d’une autre partie du psychisme.
Dans la phrase suivante, Freud dit « Mais dans tous les cas, ces renseignements de ta conscience sont incomplets et souvent peu sûrs », d’après lui, même si l’on perçoit les choses importantes liées àla conscience, nos pensées conscientes sont incomplètes. En outre, elles seraient quelques fois fausses… Elles sont donc en partie modifiées ou censurées avant de passer dans le conscient.
Freud dit aussi dans la fin de la phrase : « bien souvent encore, il se trouve que tu n’es informé des évènements que lorsqu’ils sont accomplis et que tu ne peux plus rien y changer » : la conscience n’est...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Quelles sont les stratégies aujourd'hui possibles pour un imprimeur
  • Si firmin écrivait aujourd'hui encore
  • le sport aujourd’hui a – t – il encore des valeurs ?
  • Existe t'il encore aujourd'hui des cultures
  • Le principe d'annualité a t'il encore un sens aujourd'hui ?
  • Comment et pourquoi les mythes fascinent-ils encore aujourd'hui ?
  • La devise républicaine garde-t-elle encore un sens aujourd’hui ?
  • En quoi les fables de la fontaine ont-elles encore un intérêt aujourd'hui ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !