L'individu doit-il craindre l'etat ?

Pages: 5 (1222 mots) Publié le: 10 juin 2013
L'individu doit-il craindre l'Etat ?

L'État désigne "l'ensemble des institutions (politiques, juridiques, militaires, administratives, économiques) qui organisent une société sur un territoire donné". Il est aujourd'hui admis par la communauté et il n'est plus à l'ordre du jour d'envisager une société sans État.
Cependant, on peut s'interroger sur la place qu'il occupe de nos jours :doit-il s'imposer pour faire respecter l'ordre ou n'est-il que le reflet de la volonté des individus ?
Nous allons y répondre en nous interrogeant dans une première partie sur le fait que l'individu obéit de son plein gré aux lois et qu'il n'est pas contraint, puis dans un second temps sur la nécessité qu'a l'État de se faire respecter.

Nous allons voir qu'il serait déraisonnable de penser quel'individu devrait craindre l'État, puisqu'il la lui-même crée de son plein gré : dans Le Léviathan (1651), Hobbes nous explique que les Hommes sont tous, à l'état de Nature, des êtres égaux ce qui veut dire qu'ils ont les mêmes droits, les mêmes désirs sur toutes choses et donc les mêmes moyens par ruse ou par alliance d'y accéder ; ce qui explique que cette égalité naturelle se transformeinévitablement en rivalité. Il présente ainsi que "l'Homme est un loup pour l'Homme" et que d'après sa théorie, un gouvernement est la seule façon capable de contrer cet état de Nature et d'arriver de cette manière à assurer à tous ses membres la préservation de leur vie et de leurs biens contre tout ennemi, qu'il soit étranger ou interne au système. Rousseau, quant à lui, nous explique, dans le contratsocial (1762), que l'Homme naturel abandonne sa liberté primitive pour gagner en liberté civile : il n'agit plus égoïstement pour son propre intérêt, mais s'oriente en vue de l'intérêt public en se mettant "sous la suprême direction de la volonté générale" à laquelle il doit obéir sans réserve. L'individu n'agit donc plus pour lui, mais pour la communauté : l'Homme à l'état de Nature est bon,innocent, n'est pas violent en lui-même, mais il a des penchants et des actions impulsives qui le conduisent vers une liberté naturelle, alors qu'en se regroupant dans un état social, il devient raisonnable et a des actions morales. Il a gagné la vraie liberté. Dans ces deux cas, la cause d'association n'est pas la même, mais la conséquence est que les individus passent un contrat entre eux et créent unesociété de leur plein gré. Il est donc insensé que les Hommes aient peur d'une société qu'ils ont créée en tout état de cause.
De plus, Rousseau dans le chapitre 3 du livre 1 Du Contrat Social, nous précise que la force installe une obéissance qui est éphémère, car personne ne peut rester indéfiniment le plus fort : il nous montre que le rapprochement des termes de "droit" et de "force" n'estpas légitime. Il nous dit également que lorsqu'on obéit à la force, on le fait par nécessité et non pas par volonté. Ce qui nous explique donc que la force n'est pas la bonne manière de diriger, a fortiori l'individu ne devrait pas redouter l'État.
En théorie, les dirigeants, en démocratie, sont censés représenter le peuple, et que les lois sont présumées être l'expression de la volonté générale,faites pour le bien de tous. En effet, la démocratie selon sa définition est "un type d'organisation politique dans laquelle c'est le peuple, c'est-à-dire l'ensemble des citoyens sans distinction de naissance, de richesse ou de compétence, qui détient ou qui contrôle le pouvoir politique", donc le peuple dirigerait le peuple par la volonté générale de l'ensemble de la communauté. Il n'a donc pasà se craindre lui-même.
L'article deux de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.", nous affirme bien que l'individu doit se sentir en sécurité dans n'importe quelle société et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Doit on craindre l'etat
  • Doit on craindre le désir?
  • Doit-on craindre la liberté ?
  • Doit on craindre que les machines travaillent pour nous ?
  • Doit-on craindre une politique du "care" ?
  • Doit-on craindre la liberté ?
  • Doit t on craindre les machines
  • La société doit-elle prévaloir sur l'individu?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !