L'HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Pages: 8 (1772 mots) Publié le: 1 janvier 2015
L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale
I. Entre Résistance et Vichy, la mémoire du conflit.

Le mythe resistancialiste

Au sortie de la guerre, la France doit faire oublier les événements consécutifs a la défaite de 1940, en particulier la France de Vichy.
Défaite de 1940 a été effacer par la victoire des armées de la France libre et le rôle des résistants de l’intérieuret de l’extérieur est largement mis en avant.

En 1944, le GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française) décide l’annulation de tous les actes de Vichy et refuse de proclamer la République lors de la libération de Paris.
—> Minimiser voire de masquer les crimes de Vichy au profit de l’action de la Résistance.

Il faut aussi rétablir l’unité de la France.
Après l’épurationsauvage, le nouveau pouvoir impose une épuration légale, qui a pour objectif de condamner les principaux responsables de la collaboration avec l’Allemagne.

Pétain est condamné à mort mais sera gracié et mourra en 1951 à l’île d’Yeu.
L’épuration reste limitée afin de permettre la reconstruction du pays et de réduire l’influence des résistants, majoritairement communistes, dans la nouvelleadministration.

Cette vision de la France unanimement combattante est célébrée lors de la cérémonie du 11 novembre 1945.
Le cinéma soutient cette image avec, par exemple, La bataille du Rail de René Clément en 1946 qui héroïse les cheminots.
La France combattante s’incarne dans les résistances gaulliste et communiste laissant de côté les soldats de 1940 et les hommes politiques de droite.
Lescombattants de 1940 apparaissent en 1945 comme des anti-héros.
La droite traditionnelle est déconsidérée pour n’avoir pas su empêcher la défaite et pour avoir donné le pouvoir à Pétain.

B- L’éclatement de la mémoire et le triomphe de la mémoire gaulliste (1947-1968).

Avec les débuts de la Guerre froide, la mémoire résistante éclate.
Les communistes développent l’image du parti martyr, celuides « 75 000 fusillés », destinée à effacer l’attitude ambiguë du PCF de 1939 à 1941. Ils défendent la résistance intérieure, celle qui aurait vraiment fait face au danger et libéré la France, tandis que la résistance extérieure, celle de De Gaulle n’aurait eu qu’un rôle limité.

Face aux communistes, la droite traditionnelle se relève défendant le mythe du double jeu de Pétain : il aurait étéle « bouclier » qui protégeait la France et préparait l’action de De Gaulle, qui aurait été « l’épée ». Pour les dirigeants de droite, les communistes ont provoqué une guerre civile entre résistants, préparé un coup d’Etat au moment de la libération et mené une épuration sauvage ayant causé 100 000 morts (10 000 en réalité).

—> Cette opposition met en valeur les cicatrices non encore referméesde la mémoire de la guerre. Malgré ces divergences, la volonté d’unité persiste.
La loi du 20 mars 1953 tente d’imposer le 8 mai comme fête commémorative de la victoire permettant ainsi d’unifier les célébrations, la libération étant célébrée localement. D’autres commémorations exaltent la résistance : 6 juin (débarquement en Normandie), 18 juin (appel de De Gaulle à la résistance), 26 août(entrée de De Gaulle à Paris).

Des questions restent encore taboues, comme celle de la collaboration de l’Etat français. Ainsi, le film Nuit et Brouillard (1956) est censuré en partie.

Avec le retour au pouvoir de De Gaulle en 1958, la mémoire gaulliste de la guerre s’impose. De Gaulle se place comme l’homme du 18 juin, comme le rassembleur.
C’est lui qui fait du Mont Valérien, le mémorial dela France combattante en 1959. Entre, 1960 et 1969, une vingtaine de musées traitant de la France combattante sont créés.
En 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon. Moulin était un socialiste, préfet révoqué par Vichy, qui va rallier De Gaulle et unifier, pour lui, la Résistance intérieure. Indirectement, cela fait de De Gaulle l’unificateur de la résistance.
Cette...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'historien et les mémoire de la second guerre mondial
  • L’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale
  • L'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale
  • L'historien et les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale
  • L'HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE
  • L'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale
  • L'HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN FRANCE.
  • L’historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale en france

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !