Aladin, ou la lampe merveilleuse

par

La princesse Bradoulboudour

Soumise, discrète et attachée à de nombreuses valeurs morales, malgré l'amour de son père, elle n'ose pas lui avouer ses tourments, même lorsqu’ils deviennent vraiment difficiles à supporter : « Elle lui jeta seulement un regard des plus tristes, d’une manière qui marquait une grande affliction, ou un grand mécontentement » et elle acceptera, comme il est de coutume, de se marier avec l'homme que son père aura choisi pour elle (le fils du grand vizir puis Aladin).

Le conte étaye peu le personnage de la princesse qui reste assez secondaire, car comme dans beaucoup de pays de l'époque, son avis n’a que peu d'impact ; elle ne peut être un personnage important.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La princesse Bradoulboudour >

Dissertation à propos de Aladin, ou la lampe merveilleuse