Alexis, ou le traité du vain combat

par

Présentation

En 1929 paraît le premier roman de l’écrivaine Marguerite Yourcenar. Alexis ou le Traité du vain combat, œuvre d’un peu plus de cents pages, se présente sous la forme d’une longue lettre qu’un mari écrit à sa femme, où il paraît également s’adresser à lui-même. Il s’agit d’une justification auprès de son épouse d’un homme qui accepte enfin son homosexualité et la lui explique.

Dans l’essai intitulé Marguerite Yourcenar, les yeux ouverts, qui se compose d’interviews qu’elle a accordées à Matthieu Galey, ces mots de l’auteure sont rapportés : « Alexis était quelqu’un que je connaissais et aimais, mais que je désirais décrire en l’éloignant assez pour le placer un peu à une autre époque vingt ans en arrière, avec le fossé de la guerre de 1914. »

Au départ, le traité prend bien la forme d’une lettre adressée directement à la femme du narrateur, mais cette forme épistolaire n’est qu’une façade, puisqu’elle prend bien vite l’aspect d’un récit, d’une narration, dans laquelle l’auteur raconte les causes qui ont mené son mariage à l’échec. Ainsi, le lecteur peut s’attendre à une succession de lettres entre les deux époux, alors que la suite de l’œuvre dément cette structure : il ne s’agira que d’une unique lettre à destination de la jeune femme d’Alexis, Monique.

« Cette lettre, mon amie, sera très longue. Je n’aime pas beaucoup écrire. J’ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encore davantage. »

Cette lettre prend donc très vite la forme d’un long plaidoyer en faveur de l’homosexualité d’Alexis. Il abordera dans celle-ci de nombreux thèmes, pourquoi leur mariage était voué à l’échec, pourquoi il ne se manifeste qu’à présent, pourquoi la vie qu’il menait lui interdisait de remettre en cause son attirance pour les hommes… Cette justification est donc un appel à la tolérance, mais elle met également en lumière des faits sur lesquels la société de Marguerite Yourcenar s’interroge et qu’elle condamne encore pour une grande part. L’auteure, elle-même homosexuelle, en exprimant finement le parcours et les sentiments d’Alexis, affronte et tente d’entamer avec pudeur la méconnaissance de la société sur un sujet encore largement tabou alors.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Présentation >