Alexis, ou le traité du vain combat

par

Résumé

L’œuvre se compose d’une longue lettre qu’écrit Alexis, un homme encore jeune, à son épouse Monique. Revenant sur sa propre existence et leur brève vie commune, il cherche à lui expliquer pourquoi il l’a quittée sans un mot. Pendant une bonne partie du courrier, il tourne autour d’un aveu qu’il ne formule jamais clairement. Dès le départ, il se dit coupable vis-à-vis d’elle et reconnaît à sa femme une très grande bonté. Ils ont trop souffert du mensonge, dit-il, et il veut s’essayer à la sincérité.

Il revient d'abord sur son adolescence en Bohême, à Woroïno, temps de paix parce que d’ignorance. Cependant, le « grand calme » de sa jeunesse se situait « au bord d’une grande inquiétude », et Alexis va tenter de circonscrire les frémissements de la chair et du cœur qui auraient pu l’éclairer plus précocement sur lui-même et son avenir. À Woroïno règne « une qualité particulière du silence », qui anticipe les nombreux silences à venir. Alexis est le dernier rejeton d’une vieille famille à présent dans la gêne, mais jouissant toujours de l’aura de gloire que lui valent de remarquables ancêtres, fantômes qui hantent la vieille demeure délabrée du XVIIIe siècle où il grandit, ainsi que les esprits des membres de la famille Géra, « fin d’un lignage, dans ce très vieux pays de la Bohême du Nord ». Alexis présente les membres de sa famille comme des gens tristes qui ne rient pas, qui parlent à voix basses, si bien qu’il les compare à des ombres, celles des ancêtres morts.

Ses années d’enfance, estime Alexis, auraient déterminé sa vie. Il se présente comme un enfant silencieux, solitaire, timide, taciturne, qui a su, plus tard, faire chanter la tristesse et le silence de ces jeunes années en devenant musicien. Il parle d’une sensibilité particulière aux contacts...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Alexis, ou le traité du vain combat