Antimémoires

par

La vie et la mort

Un tel récit, qui s’appesantit sur les réalisations de l’homme, sur ses souvenirs et sur ses regrets, ne peut qu’évoquer la mort. Le décès de ses deux fils – morts dans un accident –  constitue en quelque sorte la raison tragique qui pousse l’auteur à écrire cette œuvre. Toute sa vie ici relatée se voit éclairée sous un nouveau jour. Tout ce qu’il se remémore renvoie à l’idée d’une mort pour laquelle Malraux se prépare : « Réfléchir sur la vie – sur la vie en face de la mort – sans doute n'est-ce guère qu'approfondir son interrogation. Je ne parle pas du fait d'être tué, qui ne pose guère de question à quiconque a la chance banale d'être courageux, mais de la mort qui affleure dans tout ce qui est plus fort que l'homme, dans le vieillissement et même la métamorphose de la terre ».

         Âgé de cinquante-six ans et survivant de plusieurs guerres, Malraux estime que la vie et la mort ne sont que les deux faces d’une même pièce et que réussir son passage sur terre, c’est préparer sa mort. En effet, il estime que la vie n’a de sens que si elle est employée à atteindre un but, si elle répond à un enjeu. L’énigme fondamentale de la vie est, pour lui, de la construire, d’en faire un monument éternel qui saura braver le temps et l’oubli. Malraux s’interroge alors sur les nombreux auteurs qui l’ont inspiré et cite longuement ses contemporains. Il analyse leurs avis quant à la question des mémoires et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La vie et la mort >

Dissertation à propos de Antimémoires