Bajazet

par

Amour, politique et mort

Ces trois notions sont intimement liées dans la tragédie Racinienne.

L'ultimatum de Roxane constitue l'élément central : soit un mariage et le règne de Bajazet (intérêts politiques et amour illustré par le mariage) soit la mort de ce dernier.

Pour autant, malgré la situation oppressante dans le sérail, les personnages n'ont pas peur de la mort. Bajazet confirme cette tendance: « La mort n'est point pour moi le comble des disgrâces ». Les suicides d’un certain nombre de protagonistes confirment également cette idée de banalisation de la mort.

D’un point de vue politique, on retrouve Bajazet et sa volonté d'accéder au pouvoir sans pour autant épouser Roxane, il aime Atalide et la fait passer en priorité devant d'éventuels intérêts politiques. Pourtant la sultane ne lui laisse pas le choix pour accéder au trône des sultans, elle se moque des lois que pourrait invoquer Bajazet.

Par ailleurs plusieurs ''coups de théâtre'' interviennent dans la pièce:

· La mobilité des personnages : illustrée par les nombreux passages et déplacements des personnages dans le cadre oppressant du sérail. Ces allées et venues donnent du rythme à la pièce, avec tantôt l'évocation des passions amoureuses, tantôt l'évocation de la mort.

· La lettre de Bajazet constitue également un élément d’importance : des paroles écrites qui déchaînent la colère de Roxane et accentuent le stress du couple Bajazet / Atalide. La mort devient ainsi petit à petit la seule issue possible, avec la résistance de l'amour sincère et franc entre nos deux protagonistes, condamnés à un destin...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Amour, politique et mort >

Dissertation à propos de Bajazet