Cent ans de solitude

par

Le style de Gabriel Marquez

Ici, le ton narratif est défini par l’utilisation de la 3ème personne du singulier. Ainsi, le narrateur raconte les évènements sans porter de jugement ou donner son opinion personnelle. La neutralité du narrateur le rend donc objectif, même lorsqu’il décrit des scènes extrêmement tragiques (contrairement à un roman où l’auteur est le narrateur : dans ce cas, il raconterait les scènes tragiques en y insérant ses opinions et émotions, ce qui le fera prendre parti et imposer au lecteur son opinion). Le rythme narratif se surajoute au ton de narration, et ajoute à l’histoire un dynamisme particulier à Márquez. Grace à son rythme précis, Marquez peut raconter beaucoup de choses en seulement peu de mots, condensant ainsi les informations et révélant uniquement les détails importants de l’histoire.

A la richesse de son langage, il rajoute également maintes figures de style (anaphore, oxymore, épiphonème, etc.) qui embellissent le texte et donnent au lecteur l’impression de s’y trouver.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le style de Gabriel Marquez >

Dissertation à propos de Cent ans de solitude