Cent ans de solitude

par

Résumé

C'est dans le brouillard d'un passé lointain qu'est fondé le village colombien de Macondo, perdu dans la solitude désolée du continent sud-américain. Plusieurs familles ont traversé des jungles touffues et des plaines arides pour le fonder, sur les bords d’un marais. C'est José Arcadio Buendia qui les menait, accompagné de son épouse Ursula, qui est aussi sa cousine. Ils ont quitté leur village natal car José Arcadio a tué son ennemi, Prudencio Aguilar, dont le fantôme le tourmente sans cesse depuis ; aussi le couple a-t-il décidé de fuir, entraînant avec lui les fondateurs de ce qui deviendra Macondo. Le couple de cousins aura deux fils, José Arcadio et Aureliano, et une fille, Amaranta. Dieu merci, aucun n'est affublé d'une queue de cochon, comme cela arrive, selon une légende locale, quand un enfant est issu d'un inceste.

José Arcadio Buendia, devenu chef du village, est un personnage étrange. C'est un solitaire qui se jette à corps perdu dans des projets insensés soutenus par des théories scientifiques fumeuses. Il passe d'une passion à l'autre, et n'aime rien tant que découvrir les nouveautés qu'apportent les gitans qui chaque année traversent le village, menés par le massif Melquiades. Grâce à eux les villageois découvrent des merveilles du monde lointain : des aimants, un pain de glace, des tapis volants... Entre Melquiades et José Arcadio va naître une profonde amitié, le gitan guidant le paysan visionnaire dans ses quêtes étranges, comme celle de la pierre philosophale. Melquiades finira ses jours dans la maison des Buendia, enfermé dans une pièce où...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Cent ans de solitude