Cléopâtre captive

par

Style d’écriture

« Cléopâtre captive » est une pièce qui s’inspire d’une histoire réelle. Dans cette tragédie qui relate les évènements de la vie de Cléopâtre, de son arrestation à sa mort, l’auteur cherche à transmettre les émotions les plus profondes de ses personnages, spécialement celles de Cléopâtre. D’ailleurs, l’acte premier est presque entièrement fait de lamentations de Cléopâtre sur son sort. Ainsi, tout au long de la pièce on rencontre d’innombrables tirades, chacune d’elle témoignant de la richesse littéraire de cette tragédie de Jodelle. Entre autres, on remarque son usage répétitif de l’anaphore, comme dans cette réplique de Cléopâtre (Acte IV, scène 1) :

La Parque, et non César, aura sus moy le pris,

La Parque, et non César, soulage mes esprits,

La Parque, et non César, triomphera de moy,

La Parque, et non César, finira mon esmoy,

L’anaphore ici est le groupe de mots : « La Parque, et non César ». Ceci permet à Jodelle d’insister sur l’obstination profonde de son héroïne à ne pas se laisser faire esclave d’Octave (César). Jodelle fait également usage de la stichomythie, où les personnages se répondent vers pour vers comme dans un combat, en utilisant des vers de même longueur. C’est comme une sorte d’action-réaction, où chaque personnage prend la parole juste après l’autre, donnant ainsi une certaine intensité au récit :

Cléopâtre : Qu'est-ce qui adviendroit plus horrible à la veuë ?

Eras : Qu'est-ce qui pourroit voir une tant depourveuë ?

...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Style d’écriture >

Dissertation à propos de Cléopâtre captive